Skip to content
Quartier latin : « La moitié d’un souper fut la parure d’une déesse ». C’est à Pline l’Ancien que l’on doit ce joli propos. Mais à quoi fait-il allusion ?
11-11-2016
Facebook!  Partager sur Twitter

 

 antoiz.jpg

  • Au temps de leurs amours, Antoine demanda un jour à Cléopâtre ce qui pouvait être ajouté à la magnificence de sa table.
 
  • Elle paria qu'en un seul dîner elle engloutirait dix millions de sesterces.
 
  • Le jour de la décision, elle fit servir à Antoine un dîner d'apparence ordinaire.
 
  • Mais alors que son amant commençait à ironiser, Cléopâtre fit placer sur la table un vase rempli d'un vinaigre dont la violente acidité pouvait dissoudre les perles.
 
  • Puis elle plongea la perle de l'une de ses boucles d'oreille dans le vinaigre et l'absorba.
 
  • On l'interrompit avant qu'elle ne procède de même avec l'autre boucle.
 
  • Cette seconde perle n'en devint pas moins célèbre puisque, sciée en deux, elle se retrouva vite à nouveau sur les oreille de la reine au long nez.
  "La moitié d’un souper fut la parure d’une déesse."

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à REFERENCES (par oomark)
 Email :  
 

Diagonales

Cher Robespierre

« La nature m’a donné en partage la force athlétique et la physionomie âpre de la liberté », déclare Danton le 20 janvier 1792 à l’Hôtel de Ville de Paris. Tout l'oppose à Robespierre, le front haut, le regard chafouin et la bouche pincée. D'un côté Hercule, et son goût d [ ... ]

LES DERNIERS ARTICLES DES RUBRIQUES