Skip to content
Quand on aime, on ne compte pas : « Païva ». Située dans l'hôtel de la Païva, avenue des Champs-Elysées à Paris, cette baignoire comporte trois robinets. Pourquoi ?
15-05-2014
Facebook!  Partager sur Twitter
occurrence.jpg
 
paiz_copy.jpg
 
  • Esther Lachmann (1819-1884), marquise de Païva, dite La Païva, est une célèbre courtisane sous la Monarchie de Juillet.
 
  • Entre Moscou, où elle est née, Londres et Paris où elle séjourne, elle fréquente à la fois le monde de l'argent et celui des beaux-arts.
 
  • En 1851, elle épouse un noble portugais, Albio-Francesco marquis Aranjo de Païva, dont elle portera le nom qui, dit-elle, sonne bien.
 
  • Mais elle s'en sépare peu après leur mariage et le marquis se suicide en 1870.
 
  • Veuve, elle se remarie avec un riche Allemand qui lui offre un hôtel particulier de style Renaissance au 25, avenue des Champs-Élysées (aujourd'hui club The Travellers).
 
  • La Païva y fait installer, dans une salle de bain de style mauresque, une curieuse baignoire en argent comportant trois robinets.
 
  • A quoi pouvait servir le troisième robinet ?
 
  • Edmond de Goncourt s'est longuement posé la question.
 
  • Officiellement à verser du lait dans le bain.
 
  • Mais les mauvaises langues prétendent qu'il arrivait aussi d'y voir couler du champagne.
 
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à REFERENCES (par oomark)
 Email :  
 

Diagonales

Du grand n'importe quoi

Alors que l'utilisation de l'expression n'importe quoi est stable depuis un siècle dans la littérature française, la formule grand n'importe quoi n'apparaît que de façon épisodique. Selon l'outil Ngram de Google – qui évalue la fréquence relative des mots dans les livres –, nous [ ... ]

LES DERNIERS ARTICLES DES RUBRIQUES