Skip to content
Quand on aime, on ne compte pas : « 700 ». C’est le nombre moyen d’homicides volontaires en France métropolitaine (hors attentats) depuis 2010 . Mais combien y en avait-il un siècle plus tôt ?
10-02-2017
Facebook!  Partager sur Twitter
occurrence.jpg
 

 criz.jpg

 

  • Avec un taux d’homicides volontaires en métropole d’environ 1,1 pour 100 000 habitants – soit 665 pour l’année 2013 –, la France se situe parmi les pays les moins violents dans le monde.
 
  • Par comparaison, ce taux dépasse 5 aux Etats-Unis et 25 en Russie.
 
  • Depuis deux siècles, à l’exception des périodes de guerre, le taux d’homicides volontaires en France varie selon les époques entre 1 et 2 pour 100 000.
 
  • En 1936, il se situe déjà à 1,1.
 
  • En 1905, le nombre de meurtres et d’assassinats atteint 671, un niveau voisin de celui que l’on connaît aujourd’hui, mais pour une population d’environ 40 millions d’habitants, soit un taux de 1,7 pour 100 000 personnes.
 
  • Et en 1825, début des séries statistiques, le taux d’homicides était de l’ordre de 1 pour 100 000.
 
  • Depuis Napoléon, la criminalité de sang est ainsi relativement stable dans l’Hexagone.
 
  • Elle était en revanche notablement plus forte sous l’Ancien Régime : certains auteurs avancent un taux de 150 homicides pour 100 000 habitants au XVIIe siècle, mais on ne dispose d’aucun appareil statistique…
 
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à REFERENCES (par oomark)

Diagonales

Commonwealth

Avec Theresa May, on avait découvert la politique de la chaussure. Propriétaire, selon les meilleures estimations, d'une centaine de paires, la Première ministre britannique est réputée faire passer des messages politiques par leur intermédiaire. Les observateurs politiques ont pris l'habitude de scruter ses pieds. Justin Trudeau, l [ ... ]

LES DERNIERS ARTICLES DES RUBRIQUES