Skip to content
Les mots pour le dire : « Il a voulu vivre César, mais il est mort Pompée ». Le mot de Clemenceau est encore utile en entreprise. Mais à quel effet ?
28-10-2010
Facebook!  Partager sur Twitter

avec

logotmc

 

 

faure.jpg

 

 

  • L'anecdote est connue.
 
  • Le 16 février 1899, à l'Elysée, on entend des cris venant du "salon bleu".
 
  • Les collaborateurs de Félix Faure accourent et trouvent le président mourant dans les bras d'une demi-mondaine à moitié dévêtue, Marguerite Steinheil.
 
  • On fait sortir si vite la jeune femme qu'elle en oublie son corset.
 
  •  « Le président a-t-il encore sa connaissance ? » demande le curé venu lui porter l'extrême-onction.
 
  • « Non, monsieur l'abbé, elle est partie par une porte dérobée », lui répond-on.
 
  • Le président de la République disparaît quelques heures plus tard.
 
  • Clemenceau méprisait cet homme plus préoccupé de l'apparence de son personnage que des responsabilités de sa fonction.
 
  • Après ses obsèques, il dira de Félix Faure : « Il a voulu vivre César et il est mort Pompée ».
 
  • La formule, sévère, reste du meilleur effet lorsqu'il s'agit de porter l'estocade.
 
  • Et les situations ne manquent pas en entreprise où des managers portant beau s'effondrent brutalement lorsque la médiocrité, longtemps occultée, de leurs résultats apparaît au grand jour.

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à REFERENCES (par oomark)
 Email :  
 

LES DERNIERS ARTICLES DES RUBRIQUES