Skip to content
William Sherman
02-12-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 
"En 1866, il devient commandant de la division militaire du Missouri, la région s’étendant du Mississippi aux Montagnes Rocheuses. Apprenant l’anéantissement du détachement du capitaine William J. Fetterman près de Fort Phil Kearny par les guerriers sioux, cheyennes et arapahos de Red Cloud et Crazy Horse, le général Sherman déclare : "Nous devons agir contre les Sioux avec un zèle vengeur pouvant aller jusqu'à leur totale extermination, hommes, femmes et enfants. Il ne faudra rien moins que cela pour régler définitivement le problème". Il rencontre les nations indiennes des Plaines du sud en 1867 pour négocier le Traité de Medicine Lodge puis, avec celles du nord, il conclut le Traité de Fort Laramie l’année suivante.
En septembre 1868, il met fin à l’exil des Navajos retenus depuis quatre ans dans la réserve de Bosque Redondo. En 1869, après l’élection de Grant à la présidence, il devient commandant en chef de l’armée des Etats-Unis."

 
François Hameau, Les Nations indiennes, Dictionnaire historique et culturel des Indiens d'Amérique du Nord, 31 juillet 2015
 

                                         
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La politique des vacances

Les vacances des présidents de la République sont politiques – forcément politiques. En 1936, pendant le premier été du Front populaire, Albert Lebrun profite des siennes pour s’adresser pour appeler à l’union nationale. Jamais la France n'a eu plus besoin du concours de tous ses fils , déclare-t- [ ... ]
L'indulgence du général

Je me souviens du scandale des ‘Ballets roses’ dans lequel fut compromis le Président de la Chambre, André Le Troquer écrit Georges Perec. Grand résistant – il a défendu Léon Blum au procès de Riom –, Le Troquer (1884-1963) est au côté du général de Gaulle le 26 a [ ... ]
Plus et mieux

Parti le 24 novembre 1944 de Paris, le général de Gaulle arrive à Moscou le 2 décembre, après des haltes à en Egypte, en Iran, à Bakou et à Stalingrad. Sa délégation se compose, entre autres, de Georges Bidault, ministre des Affaires étrangères, de Gaston Palewski, directeur de cabinet de De Gaulle, du [ ... ]