Skip to content
Victor & Léonie
19-12-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Le 5 juillet 1845, à l'aube, un commissaire de police surprend deux amants dans une chambre d'hôtel, passage Saint-Roch à Paris, à la demande du sieur François-Auguste Biard, peintre. Sa femme Léonie, née d'Aunet, 25 ans, est en compagnie de Victor Hugo, alors âgé de 43 ans. Au moment d'être arrêté, Hugo, élevé à la pairie trois mois plus tôt, fait valoir son immunité parlementaire. Seule sa maîtresse sera conduite en prison où elle restera trois mois. Elle sera par la suite condamnée à une peine d'assignation à résidence dans un couvent de quelque six mois.

Victor Hugo, quoique non incarcéré, aurait été jugé par la Chambre des Pairs si le mari avait maintenu sa plainte. Mais Louis-Philippe offrit au peintre des honneurs pour qu'il y renonce, de sorte que le poète put continuer à fréquenter Léonie pendant et après l'exécution de sa peine. Non sans les encouragements d'Adèle, sa femme, trop heureuse de voir une nouvelle maîtresse s'imposer dans la vie de son mari au côté de Juliette Drouet.

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

1932

« Picasso 1932. Année érotique » est la première exposition dédiée à une année de création entière chez Picasso, allant du 1er janvier au 31 décembre d’une même année. Du 10 octobre 2017 au 11 févr. 2018, au musée Picasso, l’exposition a pr&eac [ ... ]
La fin des ambassades

Le prince Lichnowsky (1860-1928) représente l'Allemagne à Londres depuis deux ans lorsqu'il traverse Green Park le 3 août 1914 sur son chemin de retour à l'ambassade après une convocation au Foreign Office. Berlin vient de déclarer la guerre à la France. Le gouvernement britannique a averti le diplomate que Londres [ ... ]
Dorgelès

Dès 1914, Roland Dorgelès (1886-1973), alors jeune journaliste, s’engage dans l’infanterie. Cette expérience marque son entrée en littérature. Considéré comme son chef-d’œuvre, Les croix de bois lui valent en 1919 le prix Femina. Dans un style sans fioritures, le roman retrace le quotidien de G [ ... ]