Skip to content
Union nationale
25-11-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 
En novembre 1938, au lendemain des accords de Munich sur lesquels il est sans illusions, Edouard Daladier, président du Conseil, charge Paul Reynaud, alors ministre des Finances, d'aménager la loi des 40 heures votée en 1936.
 
Le 12 novembre 1938, le gouvernement prend trois décrets-lois destinés notamment à assouplir la législation du travail dans l'intérêt de la Défense nationale. Léon Jouhaux, à la tête de la CGT réunifiée, conscient des intérêts supérieurs en jeu, laisse faire.
 
Pendant la guerre, les trois hommes se retrouveront internés ensemble par les Allemands dans le Tyrol au château d'Itter, où ils seront libérés par les Américains en 1945.
 

                                       
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La politique des vacances

Les vacances des présidents de la République sont politiques – forcément politiques. En 1936, pendant le premier été du Front populaire, Albert Lebrun profite des siennes pour s’adresser pour appeler à l’union nationale. Jamais la France n'a eu plus besoin du concours de tous ses fils , déclare-t- [ ... ]
L'indulgence du général

Je me souviens du scandale des ‘Ballets roses’ dans lequel fut compromis le Président de la Chambre, André Le Troquer écrit Georges Perec. Grand résistant – il a défendu Léon Blum au procès de Riom –, Le Troquer (1884-1963) est au côté du général de Gaulle le 26 a [ ... ]
Plus et mieux

Parti le 24 novembre 1944 de Paris, le général de Gaulle arrive à Moscou le 2 décembre, après des haltes à en Egypte, en Iran, à Bakou et à Stalingrad. Sa délégation se compose, entre autres, de Georges Bidault, ministre des Affaires étrangères, de Gaston Palewski, directeur de cabinet de De Gaulle, du [ ... ]