Skip to content
Une odeur de poussière ferrugineuse
04-03-2020
Facebook!  Partager sur Twitter
 


"Comme concitoyens et commères continuaient à discuter le coup, Zazie s’éclipsa. Elle prit la
première rue à droite, puis la celle à gauche, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’elle arrive à l’une des
portes de la ville. De superbes gratte-ciel de quatre ou cinq étages bordaient une somptueuse avenue
sur le trottoir de laquelle se bousculaient de pouilleux éventaires. Une foule épaisse et mauve
dégoulinait d’un peu partout. Une marchande de ballons Lamoricière, une musique de manège
ajoutaient leur note pudique à la virulence de la démonstration. Émerveillée, Zazie mit quelque
temps à s’apercevoir que, non loin d’elle, une oeuvre de ferronnerie baroque plantée sur le trottoir se
complétait de l’inscription métro. Oubliant aussitôt le spectacle de la rue, Zazie s’approcha de la
bouche, la sienne sèche d’émotion. Contournant à petits pas une balustrade protectrice, elle
découvrit enfin l’entrée. Mais la grille était tirée. Une ardoise pendante portait à la craie une
inscription que Zazie déchiffra sans peine. La grève continuait. Une odeur de poussière ferrugineuse
et déshydratée montait doucement de l’abîme interdit. Navrée, Zazie se mit à pleurer."
  

Raymond Queneau, Zazie dans le métro, Gallimard, 1959

jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                              
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Un lunch arrosé de Deidesheimer

Pendant que Blomberg parlait, Goebbels faisait travailler ses projecteurs et ses appareils de cinématographie. Dirigés d'abord vers la scène, on les tourna ensuite vers la loge où Hitler était assis. Le défilé habituel suivit le service , mais j'en avais vu assez et j'avais faim. Je me rendis dans l'exc [ ... ]
Obligé par la fashion

— Et ce petit homme, au ventre arrondi, au sourire malicieux, qui veut avoir l’air grave ? C’est un homme d’esprit* qui écrit sur les arts d’imagination, c’est le consul de Civita-Vecchia, qui s’est cru obligé par la fashion de quitter son poste sur la Méditerranée, pour venir se balancer [ ... ]
De leur allure continue et paresseuse

Au milieu du grand silence, et dans le désert de l'avenue, les voitures de maraîchers montaient vers Paris, avec les cahots rhythmés (sic) de leurs roues, dont les échos baltaient les façades des maisons, endormies aux deux bords, derrière les lignes confuses des ormes. Un tombereau de choux et un tombereau de pois, au po [ ... ]