Skip to content
Une chute
23-02-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 
Frédéric François-Marsal (1874-1958), sénateur du Cantal, sait de quoi il parle lorsque, en février 1929, il soutient qu'il n'y a pas d'incompatibilité – au contraire – entre le monde des affaires et le parlement : selon lui, on peut être un chef d’entreprise efficace et faire, dans le même temps, un bon député. Parallèlement à sa carrière politique, où il se distingue comme chef du plus bref gouvernement de la Troisième République (8 au 10 juin 1924), François-Marsal occupe est en effet des plus actifs dans le monde des affaires. On le trouve à la présidence et dans les conseils d’administration de multiples banques et entreprises. Tout lui sourit : il est élu à l'Académie des sciences morales et politiques en mai 1928.
 
Mais la roche Tarpéienne est proche du Capitole ! Soudain, avec la crise, sa position s’effondre. Il n’est pas réélu sénateur à l’automne 1929 puis se trouve compromis dans plusieurs affaires de faillite frauduleuse. D’inculpations en procès, il finit par être condamné lourdement à la veille de la guerre et se déclare ruiné. En 1939, il est exclu de l'Ordre national de la Légion d'honneur. Et en 1947, alors qu’il lui reste encore une dizaine d’années à vivre, l'Institut déclare son siège vacant.
 


                 
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Certaines promenades imaginaires

Cet ermitage a été souvent décrit depuis Jean-Jacques, et pourtant je tenais à me le décrire à moi-même ; car je voulais emporter des moindres détails un de ces souvenirs précis et complets qui nous permettent de posséder certaines localités comme nous possédons notre propre [ ... ]
Méditez sur ce sommet

Ajoutez à l’ensemble de ce paysage de merveilles l’éternelle présence du mont Blanc, l’une des trois plus hautes montagnes du globe, et ce caractère de grandeur que toute grande chose imprime à ce qui l’environne ; méditez sur ce sommet, qui est bien véritablement, pour me servir de l [ ... ]
Il n’y a plus que des peulvens

Tu ne peux te figurer comme les monuments celtiques sont étranges et sinistres. À Karnac, j’ai eu presque un moment de désespoir ; figure-toi que ces prodigieuses pierres de Karnac, dont tu m’as si souvent entendu parler, ont presque toutes été jetées bas par les imbéciles paysans, qui en font [ ... ]