Skip to content
Un Thomas Mann méconnu
03-06-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

Les Considérations d'un apolitique sont le journal de Thomas Mann pendant la première guerre mondiale. Pour la première fois, il s'engageait dans le combat idéologique pour exalter les valeurs qui lui paraissaient menacées. Thomas Mann défend ici une "certaine idée de l'Allemagne" qui lui tenait fortement à coeur. Il s'en prend aux lieux communs vertueux de la propagande des Alliés, champions de la démocratie, et il affirme qu'il existe une opposition irréductible entre la culture telle qu'il l'entend et la "civilisation" de ses adversaires. La culture s'occupe de l'âme, elle est propre à un pays et s'adresse à l'individu. La civilisation, soucieuse de progrès matériel et technique, est internationale et ne s'intéresse qu'aux masses. Elle nous conduit tout droit vers le règne de la termitière. Ce pamphlet antidémocratique se transforme parfois en une défense très contestable du nationalisme allemand, mais il contient aussi un éloge de l'ironie, et des pages impressionnantes sur des philosophes comme Schopenhauer et Nietzsche, des musiciens comme Wagner et Bizet, des écrivains comme Tolstoï, Dostoïevsky, Flaubert, Claudel, Romain Rolland - et sur Thomas Mann lui-même, qui confie quelles étaient ses intentions en écrivant les Buddenbrook, Tonio Kröger, Altesse royale et La mort à Venise. Au total, un livre qui prête à la discussion et à la contestation, un document capital sur une crise de civilisation.

 
Thomas Mann, Considérations d'un apolitique, Grasset, 1918


                                                      
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La longur du chemin me sambloit ennuïeuse

TIERS, six lieues ; petite Ville sur la riviere d’Allier fort marchande, bien bâtie peuplée. Ils font principalemant trafiq de papier, sont renomés d’ouvrages de couteaus cartes à jouer. Elle est également distante de Lyon, de St Flour, de Moulins du Puy. Plus je m’approchois de ch [ ... ]
L’aspect le plus bizarre

La façade de toutes ces maisons est tournée vers le fleuve, car la Tamise est la grande rue de Londres, la veine artérielle d’où partent les rameaux qui vont porter la vie et la circulation dans le corps de la ville. Aussi quel luxe d’écriteaux et d’enseignes ! Des lettres de toutes couleurs et de toutes [ ... ]
Ce soufflet au simple bon sens

Si j’ai fini par choisir cette basilique du Sacré-Cœur, c’est qu’elle était sous ma main, facile à détruire. Mais c’est aussi qu’elle m’importune et m’exaspère, c’est que je l’ai depuis longtemps condamnée… Je te l’ai souvent dit, on n’imagi [ ... ]