Skip to content
Un Thomas Mann méconnu
03-06-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

Les Considérations d'un apolitique sont le journal de Thomas Mann pendant la première guerre mondiale. Pour la première fois, il s'engageait dans le combat idéologique pour exalter les valeurs qui lui paraissaient menacées. Thomas Mann défend ici une "certaine idée de l'Allemagne" qui lui tenait fortement à coeur. Il s'en prend aux lieux communs vertueux de la propagande des Alliés, champions de la démocratie, et il affirme qu'il existe une opposition irréductible entre la culture telle qu'il l'entend et la "civilisation" de ses adversaires. La culture s'occupe de l'âme, elle est propre à un pays et s'adresse à l'individu. La civilisation, soucieuse de progrès matériel et technique, est internationale et ne s'intéresse qu'aux masses. Elle nous conduit tout droit vers le règne de la termitière. Ce pamphlet antidémocratique se transforme parfois en une défense très contestable du nationalisme allemand, mais il contient aussi un éloge de l'ironie, et des pages impressionnantes sur des philosophes comme Schopenhauer et Nietzsche, des musiciens comme Wagner et Bizet, des écrivains comme Tolstoï, Dostoïevsky, Flaubert, Claudel, Romain Rolland - et sur Thomas Mann lui-même, qui confie quelles étaient ses intentions en écrivant les Buddenbrook, Tonio Kröger, Altesse royale et La mort à Venise. Au total, un livre qui prête à la discussion et à la contestation, un document capital sur une crise de civilisation.

 
Thomas Mann, Considérations d'un apolitique, Grasset, 1918


                                                      
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La calme avant la tempête

En 1909, reprenant une formule de Lamartine en 1839, l'éditorialiste de L'Intransigeant, quotidien conservateur et antidreyfusard, s'inquiète de voir la France s'ennuyer. Motifs de cet ennui : l'individualisme et le défaut d'ambition des dirigeants politiques. En 1968, l'éditorialiste du Monde observe à son tour une accoutumance au [ ... ]
D'une guerre à l'autre

Avant la guerre de 1870, Wagner – qui a séjourné deux fois trois ans à Paris – n’est apprécié que par une minorité des mélomanes français. Ses partisans, dont Baudelaire, le défendent activement. Progressivement, l’opéra wagnérien trouve sa place sur la scè [ ... ]
Eugénie

Je l’ai côtoyée, lorsqu’elle était jeune fille ; je l’ai vue, lorsqu’elle était veuve et déchue ; j’ai causé avec elle ; je l’ai écoutée, dans les petits salons d’Arenenberg et dans la galerie de Camden Place ; je trouve Persigny indulgent, et je dirais volontiers [ ... ]