Skip to content
Un siècle après
17-03-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Propriétaires, locataires, Etat : l’antagonisme ne date pas d’hier. Le 14 août 1914, un décret institue un moratoire sur le payement des loyers par les locataires mobilisés. La disposition est ensuite étendue à l’ensemble des ménages modestes, de sorte que 90% des locataires ne payent plus de loyers. Le décret débouchera sur une loi de blocage des loyers en 1918. Déjà en 1916, on parle de partage du "sort commun" par les propriétaires ! Leurs défenseurs montent au créneau, notamment dans des revues qui dénoncent les conséquences de l’intervention de l’Etat. En vain.

5 septembre, 2017 : appel du président de la République, au nom de la "responsabilité collective", à une réduction spontanée des loyers par les propriétaires pour compenser la décision gouvernementale de baisse des aides au logement. Levée de boucliers chez les propriéraires.

La fixation des loyers doit-elle relever du politique ou être laissée à la "main invisible" du marché ? Un siècle après l’article du sénateur Lhopiteau, la question n’est toujours pas tranchée.


 

is.jpg

 

Igor Salomon

  Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Certaines promenades imaginaires

Cet ermitage a été souvent décrit depuis Jean-Jacques, et pourtant je tenais à me le décrire à moi-même ; car je voulais emporter des moindres détails un de ces souvenirs précis et complets qui nous permettent de posséder certaines localités comme nous possédons notre propre [ ... ]
Méditez sur ce sommet

Ajoutez à l’ensemble de ce paysage de merveilles l’éternelle présence du mont Blanc, l’une des trois plus hautes montagnes du globe, et ce caractère de grandeur que toute grande chose imprime à ce qui l’environne ; méditez sur ce sommet, qui est bien véritablement, pour me servir de l [ ... ]
Il n’y a plus que des peulvens

Tu ne peux te figurer comme les monuments celtiques sont étranges et sinistres. À Karnac, j’ai eu presque un moment de désespoir ; figure-toi que ces prodigieuses pierres de Karnac, dont tu m’as si souvent entendu parler, ont presque toutes été jetées bas par les imbéciles paysans, qui en font [ ... ]