Skip to content
Un serpent de mer
03-09-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

La réforme de l'Etat est à l'ordre du jour dans les années 1930. André Tardieu, président du Conseil au début de 1932 en fait son "cheval de bataille". Il n'est pas surprenant que Le Figaro interpelle son successeur Edouard Herriot sur la question au lendemain des élections législatives de 1932. Mais ce gouvernement Herriot ne tient que six mois. Trop court pour lancer la réforme. Par la suite, un autre grand théoricien de la réforme de l'Etat, Gaston Doumergue, reviendra aux affaires résolu à avancer, au lendemain du 6 février 1934. Cette fois, c'est le contexte politique qui ne s'y prêtera pas. Sous le Front Populaire, Léon Blum, auteur pendant la Première Guerre mondiale de "Lettres sur la réforme gouvernementale", mettra en chantier différents projets, sans plus de succès, faute de temps et de consensus.

Le sujet reste d’actualité.

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Groupes 7 et 8

Les gens de maison (70) se distinguent des femmes de ménage (71) par le fait qu'ils n'ont qu'un seul employeur et qu'ils sont logés par cet employeur. Les femmes de ménages d'entreprise et d'administration sont classées comme manœuvres (68). Les « autres personnels de service » (72) comprennent par exemple les chauff [ ... ]
Conséquence de la transition démographique

Phénomène mondial, le vieillissement des populations touche aussi bien des pays développés comme le Japon que des pays émergents comme la Chine. En Europe, il a d’abord concerné les pays du Nord avant de s’étendre à ceux du Sud. Cette augmentation de la part de personnes âgées dans [ ... ]
Deux blessures sans gravité

Dans un jardin ombragé par des arbustes bienveillants, enveloppé d’une douceur printanière, chemise blanche, col ouvert, manches retroussées, deux hommes, épée à la main, se jugent, se jaugent, puis, sur un signe de l’arbitre, croisent le fer. Quatre minutes plus tard, le combat cesse un des deux duellistes ayant &e [ ... ]