Skip to content
Un serpent de mer
03-09-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

La réforme de l'Etat est à l'ordre du jour dans les années 1930. André Tardieu, président du Conseil au début de 1932 en fait son "cheval de bataille". Il n'est pas surprenant que Le Figaro interpelle son successeur Edouard Herriot sur la question au lendemain des élections législatives de 1932. Mais ce gouvernement Herriot ne tient que six mois. Trop court pour lancer la réforme. Par la suite, un autre grand théoricien de la réforme de l'Etat, Gaston Doumergue, reviendra aux affaires résolu à avancer, au lendemain du 6 février 1934. Cette fois, c'est le contexte politique qui ne s'y prêtera pas. Sous le Front Populaire, Léon Blum, auteur pendant la Première Guerre mondiale de "Lettres sur la réforme gouvernementale", mettra en chantier différents projets, sans plus de succès, faute de temps et de consensus.

Le sujet reste d’actualité.

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Certaines promenades imaginaires

Cet ermitage a été souvent décrit depuis Jean-Jacques, et pourtant je tenais à me le décrire à moi-même ; car je voulais emporter des moindres détails un de ces souvenirs précis et complets qui nous permettent de posséder certaines localités comme nous possédons notre propre [ ... ]
Méditez sur ce sommet

Ajoutez à l’ensemble de ce paysage de merveilles l’éternelle présence du mont Blanc, l’une des trois plus hautes montagnes du globe, et ce caractère de grandeur que toute grande chose imprime à ce qui l’environne ; méditez sur ce sommet, qui est bien véritablement, pour me servir de l [ ... ]
Il n’y a plus que des peulvens

Tu ne peux te figurer comme les monuments celtiques sont étranges et sinistres. À Karnac, j’ai eu presque un moment de désespoir ; figure-toi que ces prodigieuses pierres de Karnac, dont tu m’as si souvent entendu parler, ont presque toutes été jetées bas par les imbéciles paysans, qui en font [ ... ]