Skip to content
Un hôtel modeste
12-09-2020
Facebook!  Partager sur Twitter

 
A Londres que submergeaient les éditions spéciales, de Gaulle et son fidèle de Courcel descendirent à l'hôtel Rubens. Les crieurs de journaux lançaient à tous les échos le nom de Pétain. Pétain, depuis Verdun, c'était la France. Et la France guerrière allait jeter ses armes. Et la France chevaleresque allait trahir son alliance. Personne alors ne savait que la France, depuis la nuit dernière, s'appelait de Gaulle et que, guerrière et chevaleresque, elle était là présentre, derrière les rideaux d'un hôtel modeste, près de Westminster.
 
Gaston Bonheur, Charles de Gaulle, Gallimard, 1958




jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                              
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Notre malheureux pays

Le Positivisme avait devoir d'éclairer un puissant souverain sur la situation occidentale et de le féliciter sur la noble attitude qu'il a prise pour le maintien de la paix, dont il s'est constitué le défenseur. Par le fait de la déplorable politique qu'a suivie la dictature impériale, que notre malheureux pays a eu &agr [ ... ]
Une dernière humiliation

Les jeunes filles ne protestaient plus. Elles connaissaient ce chapitre intarissable des espoirs brisés de leur mère. La dentelle collée au visage, les souliers trempés, elles suivirent rapidement la rue Sainte-Anne. Mais, rue de Choiseul, à la porte de sa maison, une dernière humiliation attendait madame Josserand : l [ ... ]
Pas eu le courage

« A l'Ambos Mundos, chambre 511. C'est là que j'ai écrit Pour qui sonne le glas . Vous l'avez lu ? — Non ». Hemingway ne se formalisa pas. « Je n'ai pas eu le courage de retourner à ma maison d'avant », poursuivit-il. Christophe Lambert, [ ... ]