Skip to content
Un groupe inextricable d'embrassements
01-05-2020
Facebook!  Partager sur Twitter
 

 
Nous voici à Chamounix ; la pluie tombe et la nuit s'épaissit. Je descends au hasard à l'Union, que les gens du pays prononcent Oignon, et cette fois je me garde bien de demander l'artiste européen par son nom. Je me conforme aux notions du peuple éclairé que j'ai l'honneur de visiter, et je fais une description sommaire du personnage : Blouse étriquée , chevelure longue et désordonnée, chapeau d'écorce défoncé, cravate roulée en corde, momentanément boiteux, et fredonnant habituellement le Dies irae d'un air agréable. — Certainement, monsieur, répond l'aubergiste, ils viennent d'arriver; la dame est bien fatiguée, et la jeune fille est de bonne humeur. Montez l'escalier, ils sont au n° 13. — Ce n'est pas cela, pensai-je ; mais n'importe. Je me précipite dans le n° 13, déterminé [sic] à me jeter au cou du premier Anglais spleenétique qui me tombera sous la main. J'étais crotté [sic] de manière à ce que ce fût la une charmante plaisanterie de commis-voyageur. Le premier objet qui s'embarrasse dans mes jambes, c'est ce que l'aubergiste appelle la jeune fille. C'est Puzzi à califourchon sur le sac de nuit, et si changé, si grandi, la tête chargée de si longs cheveux bruns, la taille prise dans une blouse si féminine, que, ma foi ! je m'y perds ; et, ne reconnaissant plus le petit Hermann, je lui ôte mon chapeau en lui disant : Beau page, enseigne-moi où est Lara ? Du fond d'une capote anglaise sort, à ce mot, la tête blonde d'Arabella ; tandis que je m'élance vers elle, Franz [Liszt] me saute au cou, Puzzi fait un cri de surprise ; nous formons un groupe inextricable d'embrassements.
 
George Sand, Lettres d'un voyageur, 1837











jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                              
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La plupart des joyaux du patrimoine historique

Au printemps 1940, l’armée allemande entre à Rouen le dimanche 9 juin. Les habitants de Louviers rejoignent précipitamment sur les routes la pitoyable cohorte des fugitifs et dès le mardi soir la ville est pratiquement vide. Les débris du 236e régiment d’infanterie mènent des combats retard [ ... ]
Pas mon genre

Dire que j’ai gâché des années de ma vie, que j’ai voulu mourir, que j’ai eu mon plus grand amour, pour une femme qui ne me plaisait pas, qui n’était pas mon genre ! Du côté de chez Swann, 1913 [ ... ]
Au-devant des barricades

Le sergent de ville en France remplit les mêmes fonctions que le policeman à Londres. Sa charge exige qu'il veille au repos des citoyens, à la sécurité de la ville, et sous ce rapport on n'a rien à lui reprocher. Mais là s'arrête la ressemblance. Le bâton des policemen ne sert qu'à la défense des [ ... ]