Skip to content
Un digne pendant à la grande charcuterie des Quenu-Gradelle
29-09-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 
"Monsieur Lebigre tenait un fort bel établissement, d’un luxe tout moderne. Placé à l’encoignure droite de la rue Pirouette, sur la rue Rambuteau, flanqué de quatre petits pins de Norvège dans des caisses peintes en vert, il faisait un digne pendant à la grande charcuterie des Quenu-Gradelle. Les glaces claires laissaient voir la salle, ornée de guirlandes de feuillages, de pampres et de grappes, sur un fond vert tendre. Le dallage était blanc et noir, à grands carreaux. Au fond, le trou béant de la cave s’ouvrait sous l’escalier tournant, à draperie rouge, qui menait au billard du premier étage. Mais le comptoir surtout, à droite, était très riche, avec son large reflet d’argent poli. Le zinc retombant sur le soubassement de marbre blanc et rouge, en une haute bordure gondolée, l’entourait d’une moire, d’une nappe de métal, comme un maître-autel chargé de ses broderies."

Emile Zola, Le Ventre de Paris, 1873.





                                                             
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Un lunch arrosé de Deidesheimer

Pendant que Blomberg parlait, Goebbels faisait travailler ses projecteurs et ses appareils de cinématographie. Dirigés d'abord vers la scène, on les tourna ensuite vers la loge où Hitler était assis. Le défilé habituel suivit le service , mais j'en avais vu assez et j'avais faim. Je me rendis dans l'exc [ ... ]
Obligé par la fashion

— Et ce petit homme, au ventre arrondi, au sourire malicieux, qui veut avoir l’air grave ? C’est un homme d’esprit* qui écrit sur les arts d’imagination, c’est le consul de Civita-Vecchia, qui s’est cru obligé par la fashion de quitter son poste sur la Méditerranée, pour venir se balancer [ ... ]
De leur allure continue et paresseuse

Au milieu du grand silence, et dans le désert de l'avenue, les voitures de maraîchers montaient vers Paris, avec les cahots rhythmés (sic) de leurs roues, dont les échos baltaient les façades des maisons, endormies aux deux bords, derrière les lignes confuses des ormes. Un tombereau de choux et un tombereau de pois, au po [ ... ]