Skip to content
Surtout des ouvrages d’histoire
03-11-2019
Facebook!  Partager sur Twitter


 
"Les Herbin du Cateau-Cambrésis habitent l’une de ces maisons de briques construites à l’anglaise entre rue et jardin qu’on appelle flamandes au nord des Hauts-de-France et picardes dans le sud. Au rez-de-chaussée, la salle à manger et le salon qu’on trouve souvent séparés dans ce type d’habitat ont été réunis en un vaste living-room. Côté ville, on aperçoit par la fenêtre le beffroi de l’hôtel de ville derrière le puissant buste du maréchal Mortier. À l’autre extrémité de la pièce, un bow-window ouvre sur le potager et le verger dont s’enorgueillissent les hôtes de Frédéric Herbin. L’ensemble demeurerait banal si, de part et d’autre de ces deux ouvertures, les murs n’étaient intégralement recouverts d’étagères de bois posées sur des supports de brique, pour la plupart garnies de livres, formant une imposante bibliothèque. D’un côté, surtout des ouvrages d’histoire, de l’autre de la littérature. Le président de L’Éduc ne tarde pas à comprendre que l’histoire est le domaine de Sosthène et la littérature celui de sa femme. À certains détails, il devine aussi que la littérature est en train de gagner du terrain au point d’empiéter sur l’histoire. La suite va montrer que ce phénomène ne se limite pas aux rayons de la bibliothèque."
 
Guy Ferré, L'affaire Herbin, Editions du Palio (2019)




jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                             
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Les habitudes d'une vie tapageuse

L'origine des femmes, se succédant dans la maison de l'Avenue de Suffren, était diverse. Le plus grand nombre venait du quartier latin. D'anciennes danseuses de Bullier et du Prado, des ci-devant habituées de la rôtisserie de la rue Dauphine, auxquelles n'avait point souri la chance, et qui de leur passé d'étudiantes, de leur exi [ ... ]
Un défaut de solidité

Paris a des rues courbes, des rues qui serpentent ; mais peut-être ne compte-t-il que la rue Boudreau, dans la Chaussée-d’Antin, et, près du Luxembourg, la rue Duguay-Trouin, qui figurent exactement une équerre. La rue Duguay-Trouin étend une de ses deux branches sur la rue de l’Ouest, et l’autre sur la rue de Fleurus. [ ... ]
Cette allure équivalente à celle des trains express

La Petite République ne peut masquer son admiration pour les voitures du Paris-Bordeaux de 1899, même si elle qualifie d'« infernale » l'allure de ces bolides dépassant à certains instants une pointe de vitesse à 60 km à l'heure, même s'il considère comme un « abus d'effort » cette allure &eac [ ... ]