Skip to content
Strasbourg sauvé
17-03-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 
Le 1er janvier 1945, par suite de la contre-attaque allemande dans les Ardennes, les plans de l'état-major allié prévoient l'évacuation de Strasbourg, libéré fin novembre 1944. De Lattre, commandant la 1ère armée française, refuse :

"Je n'ignore pas, évidemment, que, dans l'absolu, ce repli stratégique peut se justifier par de sérieuses raisons militaires — encore que la seule perspective d'avoir à reconquérir pierre par pierre Strasbourg retombé au pouvoir des nazis soit aussi une sérieuse raison militaire de le condamner. Mais il est des circonstances où joue moins la raison raisonnante que la raison instinctive dictée par les réflexes de l'être. Je ne calcule pas : non seulement je ne replierai pas l'aile gauche de mon armée, mais je prendrai à ma charge la défense de Strasbourg."
 
Général de Lattre, Strasbourg sauvé, Revue des Deux Mondes, octobre 1949.

                           
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Sycophantes

À Athènes, la justice était principalement rendue par un jury populaire – l’Héliée –, constitué de quelque 6 000 citoyens tirés au sort. Ce tribunal ne comportait pas de ministère public. La mise en accusation revenait aux citoyens eux-mêmes, qui intervenaient soit à titre priv&eac [ ... ]
Muséographie

C’est plus fort que moi : quand je vois une coquille sur une page, je l’entoure au crayon. « Habent sua fata libelli », les livres ont leur propre destin : on ne sait jamais dans quelles mains peut se retrouver un bouquin. Cette petite mention manuscrite est une sorte de message secret à l’usage des lecteurs qui m [ ... ]
Ma première fois

J’ai un souvenir précis de ma première fois. C’était avec une secrétaire, dans un couloir. Là où je travaillais alors, je cumulais les fonctions de directeur général et d’expert en orthographe. Double casquette assez courante dans le monde professionnel. Un ethnologue qu [ ... ]