Skip to content
Sous les regards de l’autre moitié
08-02-2020
Facebook!  Partager sur Twitter

 
Chaque année, depuis presque six siècles, Orléans célèbre sa délivrance du siège anglais par l’armée de Jeanne d’Arc le 8 mai 1429. Le déroulement des fêtes a plusieurs fois varié mais elles n’ont été interdites ou réduites qu’en de rares occasions ; la dernière, entre 1941 et 1944, quand les autorités d’occupation ont imposé qu’elles se limitent à un simple dépôt de gerbe au pied de la statue de Foyatier place du Martroi. Depuis 1945, on célèbre le même jour la capitulation de l’Allemagne nazie, les cérémonies étant dissociées même si on ne manque pas de faire remarquer cette extraordinaire coïncidence du calendrier.

Les fêtes sont devenues « religieuses, civiles et militaires » après la Première Guerre mondiale. En 1920, Jeanne d’Arc est successivement canonisée et la Chambre bleu horizon instaure la Fête nationale de Jeanne d’Arc. Le 8 mai il y a deux temps forts : le matin une messe à la cathédrale au cours de laquelle un invité ecclésiastique prononce le panégyrique de la sainte, et l’après-midi, un défilé de cinq kilomètres dans les rues avec, dit-on, une moitié de la ville qui défile sous les regards de l’autre moitié. 
 
Danielle Chevallier, Les fêtes de Jeanne d’Arc à Orléans et la Guerre froide, CNRS Editions, 2014





jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                              
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Un lunch arrosé de Deidesheimer

Pendant que Blomberg parlait, Goebbels faisait travailler ses projecteurs et ses appareils de cinématographie. Dirigés d'abord vers la scène, on les tourna ensuite vers la loge où Hitler était assis. Le défilé habituel suivit le service , mais j'en avais vu assez et j'avais faim. Je me rendis dans l'exc [ ... ]
Obligé par la fashion

— Et ce petit homme, au ventre arrondi, au sourire malicieux, qui veut avoir l’air grave ? C’est un homme d’esprit* qui écrit sur les arts d’imagination, c’est le consul de Civita-Vecchia, qui s’est cru obligé par la fashion de quitter son poste sur la Méditerranée, pour venir se balancer [ ... ]
De leur allure continue et paresseuse

Au milieu du grand silence, et dans le désert de l'avenue, les voitures de maraîchers montaient vers Paris, avec les cahots rhythmés (sic) de leurs roues, dont les échos baltaient les façades des maisons, endormies aux deux bords, derrière les lignes confuses des ormes. Un tombereau de choux et un tombereau de pois, au po [ ... ]