Skip to content
Son invraisemblable orgueil
09-05-2020
Facebook!  Partager sur Twitter
 

Je reviens lentement à l’hôtel des Palmes, qui possède un des plus beaux jardins de la ville, un de ces jardins de pays chauds, remplis de plantes énormes et bizarres. Un voyageur, assis sur un banc, me raconte en quelques instants les aventures de l’année, puis il remonte aux histoires des années passées, et il dit, dans une phrase : « C’était au moment où Wagner habitait ici. »
Je m’étonne : « Comment ici, dans cet hôtel ? — Mais oui. C’est ici qu’il a écrit les dernières notes de Parsifal et qu’il en a corrigé les épreuves. »
 
Et j’apprends que l’illustre maître allemand a passé à Palerme un hiver tout entier, et qu’il a quitté cette ville quelques mois seulement avant sa mort. Comme partout, il a montré ici son caractère intolérable, son invraisemblable orgueil, et il a laissé le souvenir du plus insociable des hommes. 
 
Maupassant, La Vie errante, La Sicile, 1886















jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                              
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

L'importance de cette ville

Nous sommes arrivés à Toulouse vers six heures du soir, et sommes descendus à l'hôtel de l'Europe, place Lafayette. Je ne puis dire grand bien de cette maison: nous espérions trouver à Toulouse un gîte plus en rapport avec l'importance de cette ville. Alfred Asselin, Journal d [ ... ]
Où le maréchal Brune périt

L'hôtel de l'Europe à Avignon nous procura un logement convenable à l'entrée de cette ville, non loin du pont en fil de fer, et à quelques pas de l'hôtel du Palais Royal, où le maréchal Brune périt victime d'une réaction politique. Alfred Asselin, Journal de v [ ... ]
La distinction d’un regard plus élevé

Certes, les humbles particularités qui faisaient individuelle la fenêtre de la chambre de ma tante Léonie, sur la rue de l’Oiseau, son asymétrie à cause de la distance inégale entre les deux fenêtres voisines, la hauteur excessive de son appui de bois, et la barre coudée qui servait à [ ... ]