Skip to content
Sa toilette de Gothas
10-10-2021
Facebook!  Partager sur Twitter
 

 
Comme il fait beau! Ils viendront ce soir, c'est certain! Car maintenant, on est habitué : les nuits de printemps n'amènent plus le rêve ni l'amour. mais la mort. Les barbares prennent comme complices toute cette pure douceur, toute cette jeunesse de l'année. On le disait d'ailleurs sans y croire tout à fait. Mais "on était paré" , comme disent les marins. On avait préparé sa "toilette de gothas", les manteaux, le sac aux papiers précieux, le coffret aux bijoux, la Iampe électrique, tout cela paisiblement, méthodiquement, gaiement presque. Et puis on attendait, le doigt sur un livre : Le grand calme ; au loin, une valse passionnée de Chopin. 
 
Le Petit Parisien, 14 avril 1918

 

jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                              
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Une dernière humiliation

Les jeunes filles ne protestaient plus. Elles connaissaient ce chapitre intarissable des espoirs brisés de leur mère. La dentelle collée au visage, les souliers trempés, elles suivirent rapidement la rue Sainte-Anne. Mais, rue de Choiseul, à la porte de sa maison, une dernière humiliation attendait madame Josserand : l [ ... ]
A la façon de Saint-Simon

Des partages de famille n'avaient pas entraîné la démolition de l'arcade originairement jetée sur la rue de Bretonvilliers. Le 3, malgré cette accolade, appartenait isolément à Françoise Le Ragois de Bretonvilliers, qui s'était retirée chez les filles de la Croix, rue de Charonne, depuis la m [ ... ]
Arsiero, Asiago

Non seulement connue pour son histoire de la fabrication du fromage, Asiago, une petite ville de 6 500 habitants, est également connue pour son histoire pendant la Première Guerre mondiale, dont Ernest Hemingway a fait une légère mention dans un célèbre poème écrit en 1922, « Arsiero, As [ ... ]