Skip to content
Révolutions
19-02-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 

A la demande de son éditeur, Proudhon rédige en 1853-1854 un Manuel du Spéculateur à la Bourse. Une occasion de s'interroger sur les perspectives économiques de l'empire. La France de Napoléon III est en pleine mutation économique. S'avance-t-elle à marche forcée vers la prospérité ou risque-t-elle une explosion sociale en vol ? se demande Proudhon.

"L’ordre agricole et industriel,  écrit-il, cette première et profonde assise sur laquelle repose l’édifice social, est en pleine révolution. Est-ce une nation qui déchoit, une société qui s’en va, ou une civilisation supérieure qui commence ? Le lecteur en décidera. Ce qui est sûr au moins, c’est que la transformation, pour la liberté ou pour la servitude, pour la suprématie du travail ou la prépotence du privilège, [...] est partout à l’ordre du jour." Comme aujourd'hui.

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Compagnie du Nord

Le chemin de fer Paris-Bruxelles est inauguré en 1846. La Compagnie du Nord exploite alors, via Valenciennes et Mons, deux trains par jour. Celui du matin relie les deux capitales en 12 heures et demie, celui de nuit en 14 heures. En diligence, il fallait auparavant près de trois fois plus de temps. Dès 1850, les performances du chemin de fe [ ... ]
Jean Ernest Ducos de La Hitte (1789-1878)

Polytechnicien (1807), officier d'artillerie (1809), Ducos de La Hitte combat en Espagne (1811-1813), où il est promu capitaine. Nommé lieutenant-général en 1840 après une période de disgrâce au début de la Monarchie de juillet, il préside ensuite le comité d'artillerie. Anti-répub [ ... ]
Les deux communismes

Ce fantôme que vous n’osez même pas regarder en face, il vous plait de l’appeler Communisme. Vous voilà terrifiés par une idée, parce qu’il existe des sectes qui croient à cette idée, parce que c’est une croyance qui doit un jour se répandre et modifier peu à peu l’&eacu [ ... ]