Skip to content
Qui rougeoyait derrière ses épais rideaux bleus
12-06-2020
Facebook!  Partager sur Twitter
 
Un soir, à la fin mars [1941, ndlr], revenant à mon hôtel après dîner, je trouvai dans mon casier un mot de Sartre : "Je suis au café des Trois Mousquetaires." Je remontai en courant la rue Delambre et la rue de la Gaîté, j'entrai hors d'haleine dans le café qui rougeoyait derrière ses épais rideaux bleus : personne. Je me laissai tomber sur une banquette : un garçon qui me connaissait s'approcha et me tendit un bout de papier. Sartre avait attendu deux heures et il avait été faire un tour pour tromper son énervement : il allait revenir.
 
Simone de Beauvoir, La Force de l'âge, Gallimard, 1960








jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                              
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Pas eu le courage

« A l'Ambos Mundos, chambre 511. C'est là que j'ai écrit Pour qui sonne le glas . Vous l'avez lu ? — Non ». Hemingway ne se formalisa pas. « Je n'ai pas eu le courage de retourner à ma maison d'avant », poursuivit-il. Christophe Lambert, [ ... ]
Elle sort sur son balcon

Stendhal avait jeté un coup d’œil sur Germaine Necker [de Staël, ndlr] à Auxerre où ils avaient eu des chambres contiguës à l’hôtel Léopard. Lorsqu’une foule s’assemble pour la fêter, elle sort sur son balcon tout près de Stendhal. Victor Del Litto et [ ... ]
Le soir, en face

La seule adresse permanente de Saint-Exupéry dans les années trente fut le carrefour de la rue de Rennes et du boulevard Saint-Germain. L'après-midi on le trouvait aux Deux-Magots, le soir, en face, chez Lipp. Il y fixait ses rendez-vous. Dominique Lablanche, ‎Stacy de La Bruyère, ‎Françoise Bouillot, Sai [ ... ]