Skip to content
Pour tous
04-04-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 
Veste de cuir ou de toile doublée de laine de mouton, comportant souvent un col de fourrure, la canadienne fait son apparition en France au début du XXe siècle. Chaude et confortable, elle est appréciée pendant l'Occupation. On la porte des les maquis. Elle est également appréciée dans les armées alliées. Montgomery la porte, Malraux également. A la Libération, c'est en canadienne que Sartre pose pour Cartier-Bresson sur le pont des Arts. Et c'est un vêtement que La Croix n'hésite pas à recommander aux ecclésiastiques. 

                                  
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La calme avant la tempête

En 1909, reprenant une formule de Lamartine en 1839, l'éditorialiste de L'Intransigeant, quotidien conservateur et antidreyfusard, s'inquiète de voir la France s'ennuyer. Motifs de cet ennui : l'individualisme et le défaut d'ambition des dirigeants politiques. En 1968, l'éditorialiste du Monde observe à son tour une accoutumance au [ ... ]
D'une guerre à l'autre

Avant la guerre de 1870, Wagner – qui a séjourné deux fois trois ans à Paris – n’est apprécié que par une minorité des mélomanes français. Ses partisans, dont Baudelaire, le défendent activement. Progressivement, l’opéra wagnérien trouve sa place sur la scè [ ... ]
Eugénie

Je l’ai côtoyée, lorsqu’elle était jeune fille ; je l’ai vue, lorsqu’elle était veuve et déchue ; j’ai causé avec elle ; je l’ai écoutée, dans les petits salons d’Arenenberg et dans la galerie de Camden Place ; je trouve Persigny indulgent, et je dirais volontiers [ ... ]