Skip to content
Pianissimo
22-10-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

La deuxième moitié du Second Empire et le début de la Troisième République sont l’âge d’or du piano à Paris. Chaque immeuble, même dans les quartiers populaires, en comporte généralement au moins un. La femme au piano, telle Suzanne Manet par son mari Edouard, devient un thème classique de la peinture française. Le nombre de professeurs de piano augmente. La capitale en compte quelque 20 000 à la chute de Napoléon III.  Les méthodes pour l'apprendre facilement commencent à foisonner.

Elles ne cesseront pas.

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

Retrouvez cette histoire dans L'étonnant pouvoir de la musique , de Marie-Noële Vidal, aux Editions du Palio.

Parution le 26 octobre 2017.

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Edito

La solitude du chef

Au début de l'année 1865, l'entourage de Napoléon III comporte deux clans : l'un, plutôt libéral, autour de Morny, le demi-frère de l'empereur ; l'autre derrière l'impératrice, conservateur et partisan d'un retour à l'empire autoritaire. La politique étrangère du gouvernement ne fait pas conse [ ... ]
Les chiffres

De tout temps, la souscription a été le mode de financement des dictionnaires. Au siècle des Lumières, l'Encyclopédie compte 4000 souscripteurs. Un siècle après, le Larousse en réunit 8000. Un siècle encore plus tard, le Robert en mobilisera 10 000. Jean-Jacques Salomon jjsa [ ... ]
Travailler du chapeau

Sous le Second Empire, les ouvriers des chapelleries traitaient le feutre au mercure. Beaucoup, victimes d’intoxication, étaient atteints de troubles psychologiques, d'où l'expression travailler du chapeau qui signifie : ne plus avoir toute sa tête. Comme hier, les chapeliers cherchent aujourd’hui des financemen [ ... ]