Skip to content
Peau de chagrin
14-09-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

En qualité de pays d'accueil des Olympiades de 1924, la France est tenue "d'assurer une organisation irréprochable répondant aux espérances du monde sportif tout entier représentant 42 nations", selon l'exposé des motifs de la loi de financement de la manifestation. Lors de la présentation de la candidature parisienne en juin 1921, il avait été prévu la construction de quatre stades sur les anciennes fortifications et un budget total de 30 millions de francs (env. 33 millions d'euros) : 2/3 Etat, 1/3 Ville de Paris.

Un an plus tard, en juin 1922, la Ville déclare ne plus pouvoir intervenir qu'à hauteur d'un million de francs. Le gouvernement de Raymond Poincaré renonce à la construction des stades, décide d'utiliser des installations existantes ou transformées et ramène le budget à 16 millions de francs.

Politique de la peau de chagrin plutôt que du tonneau des Danaïdes !

is.jpg

 

Igor Salomon

  Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Edito

Collectivisme

Saccard, intéressé, le regardait avec une vague inquiétude, bien qu'il le prît pour un fou. − Mais enfin, expliquez-moi, qu'est-ce que c'est que votre collectivisme ? − Le collectivisme, c'est la transformation des capitaux privés, vivant des luttes de la concurrence, en un capital social unitaire, exploité par le t [ ... ]
La cause grecque

Les peuples, comme les hommes, se mesurent à leurs rêves. La France n’est devenue la France que grâce à un certain pouvoir qu’elle eut quelquefois de rêver non pour elle seulement, mais pour tous les hommes […] , écrit Jean Guéhenno au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. La France dans [ ... ]
Mondanités

Ce que je reproche aux journaux, c’est de nous faire faire attention tous les jours à des choses insignifiantes tandis que nous lisons trois ou quatre fois dans notre vie les livres où il y a des choses essentielles , écrit Proust – au demeurant grand amateur du Carnet Mondain du Figaro. Que dirait-il aujourd’hui des [ ... ]