Skip to content
Parallèles
13-05-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 

"Il y a aujourd’hui sur la terre deux grands peuples qui, partis de points différents, semblent s’avancer vers le même but : ce sont les Russes et les Anglo-Américains. Tous deux ont grandi dans l’obscurité ; et tandis que les regards des hommes étaient occupés ailleurs, ils se sont placés tout à coup au premier rang des nations, et le monde a appris presque en même temps leur naissance et leur grandeur. [...] L’Américain lutte contre les obstacles que lui oppose la nature ; le Russe est aux prises avec les hommes. L’un combat le désert et la barbarie, l’autre la civilisation revêtue de toutes ses armes : ]aussi les conquêtes de l’Américain se font-elles avec le soc du laboureur, celles du Russe avec l’épée du soldat. Pour atteindre son but, le premier s’en repose sur l’intérêt personnel, et laisse agir, sans les diriger, la force et la raison des individus. Le second concentre en quelque sorte dans un homme toute la puissance de la société. L’un a pour principal moyen d’action la liberté ; l’autre, la servitude. Leur point de départ est différent, leurs voies sont diverses ; néanmoins, chacun d’eux semble appelé par un dessein secret de la Providence à tenir un jour dans ses mains les destinées de la moitié du monde."

Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Conclusion, 1848

 

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Compagnie du Nord

Le chemin de fer Paris-Bruxelles est inauguré en 1846. La Compagnie du Nord exploite alors, via Valenciennes et Mons, deux trains par jour. Celui du matin relie les deux capitales en 12 heures et demie, celui de nuit en 14 heures. En diligence, il fallait auparavant près de trois fois plus de temps. Dès 1850, les performances du chemin de fe [ ... ]
Jean Ernest Ducos de La Hitte (1789-1878)

Polytechnicien (1807), officier d'artillerie (1809), Ducos de La Hitte combat en Espagne (1811-1813), où il est promu capitaine. Nommé lieutenant-général en 1840 après une période de disgrâce au début de la Monarchie de juillet, il préside ensuite le comité d'artillerie. Anti-répub [ ... ]
Les deux communismes

Ce fantôme que vous n’osez même pas regarder en face, il vous plait de l’appeler Communisme. Vous voilà terrifiés par une idée, parce qu’il existe des sectes qui croient à cette idée, parce que c’est une croyance qui doit un jour se répandre et modifier peu à peu l’&eacu [ ... ]