Skip to content
Ô toi que j’eusse aimée
16-11-2019
Facebook!  Partager sur Twitter


 
La rue assourdissante autour de moi hurlait.
Un éclair… puis la nuit! – Fugitive beauté
Dont le regard m’a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l’éternité?
Ailleurs, bien loin d’ici! trop tard! jamais peut-être!
Car j’ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
Ô toi que j’eusse aimée, ô toi qui le savais!

Charles Baudelaire, A une passante, Tableaux parisiens, Les Fleurs du Mal







jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                             
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

On voyait fort peu de femmes

Le Général dînant en ville, je pus quitter tôt le Cabinet (à 9 heures). Je me rendis au Sphinx, sûr d'y trouver tout le dépaysement de l'Amérique. Si nombreux étaient les soldats et si nombreux, sans doute, ceux qui étaient 'montés', qu'on voyait fort peu de femmes dans cette f [ ... ]
Une soirée perdue

J'étais seul, l'autre soir, au Théâtre Français, Ou presque seul ; l'auteur n'avait pas grand succès. Ce n'était que Molière, et nous savons de reste Que ce grand maladroit, qui fit un jour Alceste, Ignora le bel art de chatouiller l'esprit Et de servir à point un dénoûment bien cuit. [ ... ]
Aux Feuillantines

Mes deux frères et moi, nous étions tout enfants. Notre mère disait: jouez, mais je défends Qu'on marche dans les fleurs et qu'on monte aux échelles. Abel était l'aîné, j'étais le plus petit. Nous mangions notre pain de si bon appétit, Que les femmes riaient quand nous passio [ ... ]