Skip to content
Nous sommes muets
16-11-2019
Facebook!  Partager sur Twitter


 
Dans un discours sur les principes de la morale prononcé à la distribution des prix du Concours général, le 4 août 1890, M. Darlu, mis hors de pair par son enseignement au lycée Condorcet, concluait ainsi :
"Je retiens bien longtemps votre pensée, jeunes gens, sur un sujet bien austère pour ce jour de fête. Mais c’est à vous que nous devons confier nos rêves. Je sens qu’à notre âge nous sommes muets les uns pour les autres, tandis qu’en vous la parole peut avoir un long retentissement. J’aurais voulu seulement que la mienne fût plus forte et qu’elle eût fait apparaître quelqu’une de ces idées qui embrasent une jeune âme pour la vie entière."
Ces paroles peignent tout entier l’homme qui vient de disparaître et dont la mort met eu deuil cette Revue. 

Revue de métaphysique et morale, Supplément, avril-juillet 1921






jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                             
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

On voyait fort peu de femmes

Le Général dînant en ville, je pus quitter tôt le Cabinet (à 9 heures). Je me rendis au Sphinx, sûr d'y trouver tout le dépaysement de l'Amérique. Si nombreux étaient les soldats et si nombreux, sans doute, ceux qui étaient 'montés', qu'on voyait fort peu de femmes dans cette f [ ... ]
Une soirée perdue

J'étais seul, l'autre soir, au Théâtre Français, Ou presque seul ; l'auteur n'avait pas grand succès. Ce n'était que Molière, et nous savons de reste Que ce grand maladroit, qui fit un jour Alceste, Ignora le bel art de chatouiller l'esprit Et de servir à point un dénoûment bien cuit. [ ... ]
Aux Feuillantines

Mes deux frères et moi, nous étions tout enfants. Notre mère disait: jouez, mais je défends Qu'on marche dans les fleurs et qu'on monte aux échelles. Abel était l'aîné, j'étais le plus petit. Nous mangions notre pain de si bon appétit, Que les femmes riaient quand nous passio [ ... ]