Skip to content
Nourrices, soyez les bienvenues
05-10-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 
"Depuis plusieurs jours, les environs de la gare d'Orléans contemplent (environs favorisés du sort dirait un troupier) des bandes de nourrices, conduites par leurs meneurs. Ces troupes de mammifères jeunes et roses font partie du ravitaillement de Paris. Car il ne faut pas oublier que les enfants en bas âge ont souffert beaucoup plus que nous de la privation du lait. Mais voici que la manne leur arrive à pleins wagons. Les bébés, généralement réactionnaires, vont passer bientôt, tout l'indique, à l'état de satisfaits, et même de ventrus. Nourrices, soyez les bienvenues."

Les Modes parisiennes, 2 avril 1871 (la Commune de Paris a commencé le 18 mars, ndla)




                                                             
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Notre malheureux pays

Le Positivisme avait devoir d'éclairer un puissant souverain sur la situation occidentale et de le féliciter sur la noble attitude qu'il a prise pour le maintien de la paix, dont il s'est constitué le défenseur. Par le fait de la déplorable politique qu'a suivie la dictature impériale, que notre malheureux pays a eu &agr [ ... ]
Une dernière humiliation

Les jeunes filles ne protestaient plus. Elles connaissaient ce chapitre intarissable des espoirs brisés de leur mère. La dentelle collée au visage, les souliers trempés, elles suivirent rapidement la rue Sainte-Anne. Mais, rue de Choiseul, à la porte de sa maison, une dernière humiliation attendait madame Josserand : l [ ... ]
Pas eu le courage

« A l'Ambos Mundos, chambre 511. C'est là que j'ai écrit Pour qui sonne le glas . Vous l'avez lu ? — Non ». Hemingway ne se formalisa pas. « Je n'ai pas eu le courage de retourner à ma maison d'avant », poursuivit-il. Christophe Lambert, [ ... ]