Skip to content
Muséographie
12-01-2020
Facebook!  Partager sur Twitter

C’est plus fort que moi : quand je vois une coquille sur une page, je l’entoure au crayon. « Habent sua fata libelli », les livres ont leur propre destin : on ne sait jamais dans quelles mains peut se retrouver un bouquin. Cette petite mention manuscrite est une sorte de message secret à l’usage des lecteurs qui me suivront peut-être. Réciproquement, je suis toujours content de glaner les petits commentaires semés dans les ouvrages qu’on me prête ou que j’achète d’occasion.

Je n’ai pas le même réflexe dans les musées. Je ne sors pas mon stylo lorsque j’aperçois une faute d’orthographe sur la notice de présentation d’un tableau. Je ne remets pas le « h » à sa place devant un Wahrol, je ne trucide pas le trait d’union de New-York si je le rencontre. D’autres n’ont pas le même scrupule. Qu’un Beckman leur passe devant les yeux, ils lui ajouteront sans hésiter son second « n », ou un Malher dans une exposition sur Vienne, ils replaceront les lettres comme il faut.

Remettre d’aplomb les explications muséologiques est un exercice compliqué, surtout si les textes figurent en grand format sur les cimaises. De fait, les coquilles soulignées par les visiteurs sans tabou restent généralement en l’état avec leur apostille.

Il arrive que la biffure fasse débat. On voit alors s’enchaîner des corrections de corrections... 

 




jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

(Claude Lussac) 

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                             
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Dont le nom nous enchantait

Mycènes. [...] Dans les tombeaux, devant la porte des Lions, nous avons connu, comme à l'Acropole, ce frisson en aigrette dont parle si bien Breton. [...] Nous sommes restés deux jours à l'hôtel de la Belle Hélène et du roi Ménélas, dont le nom nous enchantait. Simone de Beauvoi [ ... ]
Les bruits de couloir

Enfin, il se disait que les chambres de l'Hôtel Majestic étaient d'inégale excellence et que les derniers arrivés seraient moins bien lotis. Je décidai d'un compromis en envoyant mon secrétaire, Geoffrey Fry, pour préempter des chambres, mission dans laquelle il ne se montra d'ailleurs guère avisé, ainsi qu [ ... ]
Des diamants gros comme des noix

J’adore les bijoux, renchérit Percy, enthousiaste. Naturellement, je ne voudrais pas que cela se sache à l’école, mais j’en ai moi-même une collection intéressante. J’en faisais la collection avant de me mettre aux timbres. – Et des diamants, reprit John, avec exaltation. Les Schnlitzer-Murphy avaien [ ... ]