Skip to content
Martignac
30-09-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 

En janvier 1828, Jean-Baptiste de Martignac (1778-1832) est nommé à la tête du gouvernement par Charles X.  C'est une personnalité originale. Ancien secrétaire de Sieyès, il a été successivement homme de lettres et avocat avant de se lancer en politique. C'est un libéral.  Vite, il allège le contrôle de la presse et abroge la censure. Sa politique, qu'on dirait aujourd'hui centriste, lui attire l'hostilité à la fois de la gauche et de la droite.

En janvier 1829, Le Globe, quoique plus progressiste que Martignac, soutient son ministère au nom du réalisme et loue son désir de "parler vrai", à l'opposé de l'hypocrisie des extrêmes. Mais en août, gauche et droite s'allient pour faire tomber le ministre, à la grande satisfaction de Charles X. Martignac est remplacé par le prince de Polignac, un ultra dont la politique conservatrice amènera, un an plus tard, les Trois Glorieuses.

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La longur du chemin me sambloit ennuïeuse

TIERS, six lieues ; petite Ville sur la riviere d’Allier fort marchande, bien bâtie peuplée. Ils font principalemant trafiq de papier, sont renomés d’ouvrages de couteaus cartes à jouer. Elle est également distante de Lyon, de St Flour, de Moulins du Puy. Plus je m’approchois de ch [ ... ]
L’aspect le plus bizarre

La façade de toutes ces maisons est tournée vers le fleuve, car la Tamise est la grande rue de Londres, la veine artérielle d’où partent les rameaux qui vont porter la vie et la circulation dans le corps de la ville. Aussi quel luxe d’écriteaux et d’enseignes ! Des lettres de toutes couleurs et de toutes [ ... ]
Ce soufflet au simple bon sens

Si j’ai fini par choisir cette basilique du Sacré-Cœur, c’est qu’elle était sous ma main, facile à détruire. Mais c’est aussi qu’elle m’importune et m’exaspère, c’est que je l’ai depuis longtemps condamnée… Je te l’ai souvent dit, on n’imagi [ ... ]