Skip to content
Martignac
08-01-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 

En janvier 1828, Jean-Baptiste de Martignac (1778-1832) est nommé à la tête du gouvernement par Charles X.  C'est une personnalité originale. Ancien secrétaire de Sieyès, il a été successivement homme de lettres et avocat avant de se lancer en politique. C'est un libéral.  Vite, il allège le contrôle de la presse et abroge la censure. Sa politique, qu'on dirait aujourd'hui centriste, lui attire l'hostilité à la fois de la gauche et de la droite.

En janvier 1829, Le Globe, quoique plus progressiste que Martignac, soutient son ministère au nom du réalisme et loue son désir de "parler vrai", à l'opposé de l'hypocrisie des extrêmes. Mais en août, gauche et droite s'allient pour faire tomber le ministre, à la grande satisfaction de Charles X. Martignac est remplacé par le prince de Polignac, un ultra dont la politique conservatrice amènera, un an plus tard, les Trois Glorieuses.

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La loi de Baumol

En 1965, les chercheurs américains William Baumol et William Bowen se sont penchés sur les déficits chroniques des music-halls de Broadway. De leur étude, il ressort que les spectacles vivants présentent, sous l'angle économique, la particularité d'être des activités à faible innovation technologique et &a [ ... ]
Femmes libres

Après la mort de Saint-Simon en 1825, ses épigones poursuivent son œuvre. Les saint-simoniens sont partisans de la reconnaissance de l'égalité des femmes. Sous la Monarchie de Juillet, celles-ci sont nombreuses dans le mouvement. Adèle de Saint-Amand propose de fonder une société de défense des droits de la femme [ ... ]
Le carnaval des animaux

Chacals, hyènes puantes, vipères lubriques, requins, rats visqueux et autres loups : quelle inventivité pour décrire, à la grande époque, l'ennemi de classe. Ah que le mouton fait aujourd'hui pâle figure par rapport au chien bâtard ! Jean-Jacques Salomon jjsalomon@oomark [ ... ]