Skip to content
Loubet
21-06-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 
Emile Loubet (1838-1929), avocat, républicain modéré, député de la Drôme, plusieurs fois ministre, président du Conseil en 1892 et président du Sénat de 1896 à 1899, est élu président de la République en 1899 après la disparition soudaine de Félix Faure dans les bras de sa maîtresse. Tout en demeurant strictement dans les limites du rôle du chef de l'Etat sous la Troisième République, il se distingue par son aptitude à apaiser les tensions partisanes dans un contexte politique intérieur particulièrement mouvementé : affaire Dreyfus, loi sur les associations, séparation de l'Eglise et de l'Etat, etc. Sur le plan extérieur, il soutient l'Entente cordiale, l'alliance franco-russe et l'esprit de conciliation dans la crise de Tanger.
 
Les interventions discrètes de Loubet lui valent, à l'instar de Napoléon en fin de règne, une réputation de charmeur politique. Elu de Montélimar, il est mis à contribution par les fabricants de nougat. 

                                                             
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La calme avant la tempête

En 1909, reprenant une formule de Lamartine en 1839, l'éditorialiste de L'Intransigeant, quotidien conservateur et antidreyfusard, s'inquiète de voir la France s'ennuyer. Motifs de cet ennui : l'individualisme et le défaut d'ambition des dirigeants politiques. En 1968, l'éditorialiste du Monde observe à son tour une accoutumance au [ ... ]
D'une guerre à l'autre

Avant la guerre de 1870, Wagner – qui a séjourné deux fois trois ans à Paris – n’est apprécié que par une minorité des mélomanes français. Ses partisans, dont Baudelaire, le défendent activement. Progressivement, l’opéra wagnérien trouve sa place sur la scè [ ... ]
Eugénie

Je l’ai côtoyée, lorsqu’elle était jeune fille ; je l’ai vue, lorsqu’elle était veuve et déchue ; j’ai causé avec elle ; je l’ai écoutée, dans les petits salons d’Arenenberg et dans la galerie de Camden Place ; je trouve Persigny indulgent, et je dirais volontiers [ ... ]