Skip to content
Lord Beaverbrook
26-11-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Né au Canada, Max Aitken (1879-1964) devient au cours de la Première Guerre mondiale l'un des patrons de presse les plus influents du Royaume-Uni. Parallèlement, il poursuit durant le conflit une carrière politique à Westminster et au gouvernement britannique. Entre les deux guerres, il met en suspens ses activités politiques pour se consacrer à son empire de presse. En 1940, il est de retour aux affaires publiques, à la demande de Churchill, dont il est proche. Max Aitken, baron Beaverbrook depuis 1911, s'y distingue par ses talents d'organisateur de la production de guerre et son art de rapprocher les adversaires politiques.

Lord Beaverbrook ne laissait pas indifférent. Il était à la fois respecté et méprisé, parfois – dit-on – par les mêmes personnes. Au point de parvenir, souvent, à rapprocher les adversaires.

 

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Groupes 7 et 8

Les gens de maison (70) se distinguent des femmes de ménage (71) par le fait qu'ils n'ont qu'un seul employeur et qu'ils sont logés par cet employeur. Les femmes de ménages d'entreprise et d'administration sont classées comme manœuvres (68). Les « autres personnels de service » (72) comprennent par exemple les chauff [ ... ]
Conséquence de la transition démographique

Phénomène mondial, le vieillissement des populations touche aussi bien des pays développés comme le Japon que des pays émergents comme la Chine. En Europe, il a d’abord concerné les pays du Nord avant de s’étendre à ceux du Sud. Cette augmentation de la part de personnes âgées dans [ ... ]
Deux blessures sans gravité

Dans un jardin ombragé par des arbustes bienveillants, enveloppé d’une douceur printanière, chemise blanche, col ouvert, manches retroussées, deux hommes, épée à la main, se jugent, se jaugent, puis, sur un signe de l’arbitre, croisent le fer. Quatre minutes plus tard, le combat cesse un des deux duellistes ayant &e [ ... ]