Skip to content
Les travailleurs de l'Opéra-Comique campent à l'intérieur du théâtre
02-02-2020
Facebook!  Partager sur Twitter

"Avant-hier soir, les 380 travailleurs de l'Opéra-Comique ont décidé après la représentation, de rester à l'intérieur du théâtre jusqu'à ce qu'ils obtiennent satisfaction. Depuis longtemps déjà, ils protestaient contre l'attitude du directeur Gheusi, bien connu pour ses sympathies fascistes. C'était des brimades sans nombre, des baisses de salaires, des renvois et dans tout le théâtre, si aimé de tous pourtant, une atmosphère empoisonnée Et depuis, les artistes attendent depuis des mois le paiement de sommes qui leur sont dues. Les travailleurs de l'Opéra-Comique, artistes, musiciens, choristes, machinistes, électriciens, choristes, machinistes, employés luttent pour défendre leurs revendications certes, mais aussi. pour défendre l'art et les intérêts du théâtre."
 
L'Humanité, 2 juillet 1936






jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                              
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Un lunch arrosé de Deidesheimer

Pendant que Blomberg parlait, Goebbels faisait travailler ses projecteurs et ses appareils de cinématographie. Dirigés d'abord vers la scène, on les tourna ensuite vers la loge où Hitler était assis. Le défilé habituel suivit le service , mais j'en avais vu assez et j'avais faim. Je me rendis dans l'exc [ ... ]
Obligé par la fashion

— Et ce petit homme, au ventre arrondi, au sourire malicieux, qui veut avoir l’air grave ? C’est un homme d’esprit* qui écrit sur les arts d’imagination, c’est le consul de Civita-Vecchia, qui s’est cru obligé par la fashion de quitter son poste sur la Méditerranée, pour venir se balancer [ ... ]
De leur allure continue et paresseuse

Au milieu du grand silence, et dans le désert de l'avenue, les voitures de maraîchers montaient vers Paris, avec les cahots rhythmés (sic) de leurs roues, dont les échos baltaient les façades des maisons, endormies aux deux bords, derrière les lignes confuses des ormes. Un tombereau de choux et un tombereau de pois, au po [ ... ]