Skip to content
Les rapports franco-italiens
20-01-2019
Facebook!  Partager sur Twitter
 
"Dans le Corriere della Sera, M. Carlo Delcroix déclare que ce qui sépare l'Italie de la France, ce ne sont pas seulement quelques demandes 'non encore formulées' auxquelles on opposerait 'un refus '. L'Italie est séparée de la France par un véritable 'différend historique'. Les problèmes posés par la nouvelle réalité méditerranéenne et africaine en constituent la donnée contingente et, pourrions-nous dire, extérieure ; mais le jeu est plus vaste et la mise plus importante. Il s'agit de l'initiative politique dont nous nous sommes emparés et que la France a perdue. Même si les figures les plus importantes sont apparues ailleurs qu'en France et si les mouvements décisifs se sont produits ailleurs, le siècle dernier peut être considéré comme un siècle français, alors que celui qui vient, c'est le siècle fasciste."

 
Cité dans le Bulletin périodique de la presse italienne France, Ministère de la guerre, 23 mars 1939. 
 
 

       
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La calme avant la tempête

En 1909, reprenant une formule de Lamartine en 1839, l'éditorialiste de L'Intransigeant, quotidien conservateur et antidreyfusard, s'inquiète de voir la France s'ennuyer. Motifs de cet ennui : l'individualisme et le défaut d'ambition des dirigeants politiques. En 1968, l'éditorialiste du Monde observe à son tour une accoutumance au [ ... ]
D'une guerre à l'autre

Avant la guerre de 1870, Wagner – qui a séjourné deux fois trois ans à Paris – n’est apprécié que par une minorité des mélomanes français. Ses partisans, dont Baudelaire, le défendent activement. Progressivement, l’opéra wagnérien trouve sa place sur la scè [ ... ]
Eugénie

Je l’ai côtoyée, lorsqu’elle était jeune fille ; je l’ai vue, lorsqu’elle était veuve et déchue ; j’ai causé avec elle ; je l’ai écoutée, dans les petits salons d’Arenenberg et dans la galerie de Camden Place ; je trouve Persigny indulgent, et je dirais volontiers [ ... ]