Skip to content
Les paradoxes du latin
25-09-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

En 1922, une querelle des Anciens et des Modernes agite le Parlement, le rétablissement de l'enseignement obligatoire du latin en 6ème – facultatif depuis 1902. Le sénateur Victor Bérard (1854-1931), quoique progressiste sur le plan politique, y est favorable pour une raison paradoxale : il craint qu'à défaut d'être obligatoire le latin ne poursuive son déclin dans l'enseignement public alors qu'il continuerait de prospérer dans les établissements religieux. A terme, les anciens élèves de l'enseignement catholique se trouveraient ainsi surreprésentés chez parmi les latinistes. Et comme la maîtrise du latin est un facteur de différenciation sociale, ils risqueraient de l'être aussi parmi les élites.

Paradoxe aussi que de voir George Sand, figure d'avant-garde dans tant de domaines, regretter  que, dans les lycées, on enseigne Corneille, Molière et La Fontaine plutôt que leurs aînés grecs ou romains…

Le latin obligatoire à l'entrée au lycée sera rétabli en 1923 puis abandonné l'année suivante par le Cartel des Gauches. Le dispositif de 1902, avec filière "classique" latiniste et filière "moderne" non latiniste se prolongera jusqu'aux années soixante. N'en déplaise à la bonne dame de Nohant, on continue d'enseigner Corneille, Molière et... George Sand ! 

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Certaines promenades imaginaires

Cet ermitage a été souvent décrit depuis Jean-Jacques, et pourtant je tenais à me le décrire à moi-même ; car je voulais emporter des moindres détails un de ces souvenirs précis et complets qui nous permettent de posséder certaines localités comme nous possédons notre propre [ ... ]
Méditez sur ce sommet

Ajoutez à l’ensemble de ce paysage de merveilles l’éternelle présence du mont Blanc, l’une des trois plus hautes montagnes du globe, et ce caractère de grandeur que toute grande chose imprime à ce qui l’environne ; méditez sur ce sommet, qui est bien véritablement, pour me servir de l [ ... ]
Il n’y a plus que des peulvens

Tu ne peux te figurer comme les monuments celtiques sont étranges et sinistres. À Karnac, j’ai eu presque un moment de désespoir ; figure-toi que ces prodigieuses pierres de Karnac, dont tu m’as si souvent entendu parler, ont presque toutes été jetées bas par les imbéciles paysans, qui en font [ ... ]