Skip to content
Les paradoxes du latin
25-09-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

En 1922, une querelle des Anciens et des Modernes agite le Parlement, le rétablissement de l'enseignement obligatoire du latin en 6ème – facultatif depuis 1902. Le sénateur Victor Bérard (1854-1931), quoique progressiste sur le plan politique, y est favorable pour une raison paradoxale : il craint qu'à défaut d'être obligatoire le latin ne poursuive son déclin dans l'enseignement public alors qu'il continuerait de prospérer dans les établissements religieux. A terme, les anciens élèves de l'enseignement catholique se trouveraient ainsi surreprésentés chez parmi les latinistes. Et comme la maîtrise du latin est un facteur de différenciation sociale, ils risqueraient de l'être aussi parmi les élites.

Paradoxe aussi que de voir George Sand, figure d'avant-garde dans tant de domaines, regretter  que, dans les lycées, on enseigne Corneille, Molière et La Fontaine plutôt que leurs aînés grecs ou romains…

Le latin obligatoire à l'entrée au lycée sera rétabli en 1923 puis abandonné l'année suivante par le Cartel des Gauches. Le dispositif de 1902, avec filière "classique" latiniste et filière "moderne" non latiniste se prolongera jusqu'aux années soixante. N'en déplaise à la bonne dame de Nohant, on continue d'enseigner Corneille, Molière et... George Sand ! 

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Edito

Le carnaval des animaux

Chacals, hyènes puantes, vipères lubriques, requins, rats visqueux et autres loups : quelle inventivité pour décrire, à la grande époque, l'ennemi de classe. Ah que le mouton fait aujourd'hui pâle figure par rapport au chien bâtard ! Jean-Jacques Salomon jjsalomon@oomark [ ... ]
Premier de cordée

Des corniches de glace ourlaient le surplomb de la fissure, le verglas gluait sur les prises et le rocher semblait enduit de verre bleu. Sur vingt mètres, les difficultés s'amoncelaient à faire frissoner les plus courageux ; et de fait, les autres tremblèrent en observant Pierre qui calculait mentalement la façon dont il allait conti [ ... ]
Hagiologie

Lénine meurt le 21 janvier 1924. Son cerveau est placé dans un bain de formol avant d'être étudié par les chercheurs d'un institut spécialement créé à cet effet. Leurs conclusions sont catégoriques : le cerveau de Vladimir Ilitch présente les aspects caractéristiques du génie ! Il faud [ ... ]