Skip to content
Les grands crèmes que j'y buvais
16-05-2020
Facebook!  Partager sur Twitter
 
Je n'aimais pas le Capoulade, à cause de son nom de céleri, et de tabac. J'aimais le Mahieu, qui me faisait penser à Jean-Paul Sartre, à Boris Vian, et à L'Écume des jours. J'aimais ses banquettes pourries et les grands crèmes que j'y buvais par principe. J'aimais aussi son nom, rural et délicat. 
 
Geneviève Brisac, Une année avec mon père, L'Olivier, 2010 




jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                              
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La plupart des joyaux du patrimoine historique

Au printemps 1940, l’armée allemande entre à Rouen le dimanche 9 juin. Les habitants de Louviers rejoignent précipitamment sur les routes la pitoyable cohorte des fugitifs et dès le mardi soir la ville est pratiquement vide. Les débris du 236e régiment d’infanterie mènent des combats retard [ ... ]
Pas mon genre

Dire que j’ai gâché des années de ma vie, que j’ai voulu mourir, que j’ai eu mon plus grand amour, pour une femme qui ne me plaisait pas, qui n’était pas mon genre ! Du côté de chez Swann, 1913 [ ... ]
Au-devant des barricades

Le sergent de ville en France remplit les mêmes fonctions que le policeman à Londres. Sa charge exige qu'il veille au repos des citoyens, à la sécurité de la ville, et sous ce rapport on n'a rien à lui reprocher. Mais là s'arrête la ressemblance. Le bâton des policemen ne sert qu'à la défense des [ ... ]