Skip to content
Les deux amis se dérobèrent
22-11-2020
Facebook!  Partager sur Twitter


 
Frédéric avait déjà posé, au bord du guichet, un porte-cigares rempli. « Prends donc ! Adieu, bon courage ! » Dussardier se jeta sur les deux mains qui s’avançaient. Il les serrait frénétiquement, la voix entrecoupée par des sanglots. « Comment ?... à moi ! à moi ! » Les deux amis se dérobèrent à sa reconnaissance, sortirent, et allèrent déjeuner ensemble au café Tabourey, devant le Luxembourg.
 
Gustave Flaubert, L'Education sentimentale, 1869










 

jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                              
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Quelquefois aussi le vin de Champagne

Aux bains des femmes, qui prennent aussi le titre d'Ecole de Natation, se rencontrent surtout des héroïnes de la galanterie et du plaisir opulent ; les autres femmes se tiennent à l'écart, et les bonnes renommées se séparent des ceintures dorées. La cantine est pourvue de pâtisseries, de vins fins et d'eau-de- [ ... ]
C'était la fin

Je suis allé, dit-il, à la réunion qui s'est tenue vers le 20 août à la piscine de Roubaix. J'ai exprimé ma conviction qu'une attaque de la prison était possible. Les gardiens allemands étaient démoralisés. Ils sentaient que c'était la fin et songeaient surtout à sauver leur vie. [ ... ]
Il faut tenir ses poches

Promenade au parc central. C’est un reste de forêt dont on vient de faire un jardin anglais dans le genre de notre bois de Boulogne ; mais c’est moins grand et infiniment moins joli. Il est vrai que c’est tout nouvellement planté et vu sans soleil. Y aura-t-il des promeneurs dans cette promenade ? Ici ce n’est pas [ ... ]