Skip to content
Le Siècle
11-11-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Fondé en 1836, Le Siècle n'est plus que l'ombre de lui-même en 1925. Premier quotidien français sous la Monarchie de Juillet avec quelque 35 000 exemplaires vendus chaque jour, il conforte sa position sous la Seconde République puis dans la première moitié du Second Empire. Résolument républicain, à son apogée en 1860 il tire à 55 000 exemplaires. La Troisième République ne lui vaut rien : une fois le nouveau régime consolidé, il perd inexorablement ses lecteurs. Dans les années qui précèdent sa disparition en 1932, le tirage n'est plus que de 1000.

Mais si la quantité décline, la qualité demeure. Dans la presse parisienne, Le Siècle est parmi les premiers à défendre Dreyfus. Ses avis restent respectés malgré le déclin de son lectorat. Quand il parle de la hausse du prix des gâteaux, le sujet mérite d’être pris au sérieux.

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Certaines promenades imaginaires

Cet ermitage a été souvent décrit depuis Jean-Jacques, et pourtant je tenais à me le décrire à moi-même ; car je voulais emporter des moindres détails un de ces souvenirs précis et complets qui nous permettent de posséder certaines localités comme nous possédons notre propre [ ... ]
Méditez sur ce sommet

Ajoutez à l’ensemble de ce paysage de merveilles l’éternelle présence du mont Blanc, l’une des trois plus hautes montagnes du globe, et ce caractère de grandeur que toute grande chose imprime à ce qui l’environne ; méditez sur ce sommet, qui est bien véritablement, pour me servir de l [ ... ]
Il n’y a plus que des peulvens

Tu ne peux te figurer comme les monuments celtiques sont étranges et sinistres. À Karnac, j’ai eu presque un moment de désespoir ; figure-toi que ces prodigieuses pierres de Karnac, dont tu m’as si souvent entendu parler, ont presque toutes été jetées bas par les imbéciles paysans, qui en font [ ... ]