Skip to content
Le procès de Poitiers
04-05-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Gabriel Rousseau, dit "Bébert le Tatout", dit "la Lame", et son compère Camus ont été reconnus respectivement coupable et complice de l'assassinat de deux retraités auxquels ils ont dérobé leurs économies. Au cours du procès qui s'ensuit, ils adoptent une attitude narquoise qui les rend populaires auprès du public. L'avocat général réclame la peine de mort pour le premier. Bénéficiant de circonstances atténuantes, Rousseau ne se voit infliger que les travaux forcés à perpétuité. Quant à Camus, il est condamné à vingt ans de bagne.

jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La calme avant la tempête

En 1909, reprenant une formule de Lamartine en 1839, l'éditorialiste de L'Intransigeant, quotidien conservateur et antidreyfusard, s'inquiète de voir la France s'ennuyer. Motifs de cet ennui : l'individualisme et le défaut d'ambition des dirigeants politiques. En 1968, l'éditorialiste du Monde observe à son tour une accoutumance au [ ... ]
D'une guerre à l'autre

Avant la guerre de 1870, Wagner – qui a séjourné deux fois trois ans à Paris – n’est apprécié que par une minorité des mélomanes français. Ses partisans, dont Baudelaire, le défendent activement. Progressivement, l’opéra wagnérien trouve sa place sur la scè [ ... ]
Eugénie

Je l’ai côtoyée, lorsqu’elle était jeune fille ; je l’ai vue, lorsqu’elle était veuve et déchue ; j’ai causé avec elle ; je l’ai écoutée, dans les petits salons d’Arenenberg et dans la galerie de Camden Place ; je trouve Persigny indulgent, et je dirais volontiers [ ... ]