Skip to content
Le Piéton de Paris
04-04-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 
Né à Paris le 5 mars 1876, condisciple de Charles-Louis Philippe et d'Alfred Jarry au lycée Henri-IV, Léon-Paul Fargue se lie intimement avec ce dernier. Il fonde avec Larbaud et Valéry la revue Commerce. Il reçoit le Grand Prix de la Ville de Paris en 1946 et meurt à Paris le 24 novembre 1947. 

 
Poète amoureux de l'âme parisienne, éternel flâneur qui sait trouver des trésors au coin de la rue la plus anonyme, Fargue raconte sa ville dans ce livre célèbre, qui aujourd'hui nous restitue le parfum du Paris de l'entre-deux-guerres. Le quartier de prédilection de Fargue, peu exploré par d'autres écrivains, c'est le boulevard Magenta, Belleville, le boulevard de la Chapelle, la gare de l'Est et la gare du Nord, « vastes music-halls où l'on est à la fois acteur et spectateur ». Le titre de ce livre est devenu le nom que l'on donne à Fargue. C'est lui qui est à jamais « le piéton de Paris ».

 
in Léon-Paul Fargue, Le Piéton de Paris, 1939, rééd. Paris, Gallimard, coll. « L'imaginaire », 1993
 
 
                                    
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Vieillard laborieux

L'aurore grelottante en robe rose et verte S'avançait lentement sur la Seine déserte, Et le sombre Paris, en se frottant les yeux, Empoignait ses outils, vieillard laborieux. Charles Baudelaire, Le crépuscule du matin, Tableaux parisiens, Les Fleurs du Mal [ ... ]
Ô toi que j’eusse aimée

La rue assourdissante autour de moi hurlait. Un éclair… puis la nuit! – Fugitive beauté Dont le regard m’a fait soudainement renaître, Ne te verrai-je plus que dans l’éternité? Ailleurs, bien loin d’ici! trop tard! jamais peut-être! Car j’ignore où [ ... ]
Nous sommes muets

Dans un discours sur les principes de la morale prononcé à la distribution des prix du Concours général, le 4 août 1890, M. Darlu, mis hors de pair par son enseignement au lycée Condorcet, concluait ainsi : Je retiens bien longtemps votre pensée, jeunes gens, sur un sujet bien austère pour [ ... ]