Skip to content
Le Piéton de Paris
04-04-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 
Né à Paris le 5 mars 1876, condisciple de Charles-Louis Philippe et d'Alfred Jarry au lycée Henri-IV, Léon-Paul Fargue se lie intimement avec ce dernier. Il fonde avec Larbaud et Valéry la revue Commerce. Il reçoit le Grand Prix de la Ville de Paris en 1946 et meurt à Paris le 24 novembre 1947. 

 
Poète amoureux de l'âme parisienne, éternel flâneur qui sait trouver des trésors au coin de la rue la plus anonyme, Fargue raconte sa ville dans ce livre célèbre, qui aujourd'hui nous restitue le parfum du Paris de l'entre-deux-guerres. Le quartier de prédilection de Fargue, peu exploré par d'autres écrivains, c'est le boulevard Magenta, Belleville, le boulevard de la Chapelle, la gare de l'Est et la gare du Nord, « vastes music-halls où l'on est à la fois acteur et spectateur ». Le titre de ce livre est devenu le nom que l'on donne à Fargue. C'est lui qui est à jamais « le piéton de Paris ».

 
in Léon-Paul Fargue, Le Piéton de Paris, 1939, rééd. Paris, Gallimard, coll. « L'imaginaire », 1993
 
 
                                    
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La calme avant la tempête

En 1909, reprenant une formule de Lamartine en 1839, l'éditorialiste de L'Intransigeant, quotidien conservateur et antidreyfusard, s'inquiète de voir la France s'ennuyer. Motifs de cet ennui : l'individualisme et le défaut d'ambition des dirigeants politiques. En 1968, l'éditorialiste du Monde observe à son tour une accoutumance au [ ... ]
D'une guerre à l'autre

Avant la guerre de 1870, Wagner – qui a séjourné deux fois trois ans à Paris – n’est apprécié que par une minorité des mélomanes français. Ses partisans, dont Baudelaire, le défendent activement. Progressivement, l’opéra wagnérien trouve sa place sur la scè [ ... ]
Eugénie

Je l’ai côtoyée, lorsqu’elle était jeune fille ; je l’ai vue, lorsqu’elle était veuve et déchue ; j’ai causé avec elle ; je l’ai écoutée, dans les petits salons d’Arenenberg et dans la galerie de Camden Place ; je trouve Persigny indulgent, et je dirais volontiers [ ... ]