Skip to content
Le mot de l'auteur
03-01-2020
Facebook!  Partager sur Twitter


Longtemps j'ai détesté les fautes d'orthographe. Plus tard, devenu éditeur, je me suis mis à les aimer. Pas les miennes, dont la honte me poursuit parfois longtemps, mais celles des auteurs. 
 
Entre toutes, ce sont les fautes récurrentes que je préfère. Impossible de les mettre sur le compte de l'inattention ! Solidement installées, elles font corps avec leurs propriétaires, elles les racontent.

Le plaisir que j’éprouve est clandestin – forcément clandestin. Pas question de trahir la confiance de l’auteur. Au mieux, quand on trouve les mots pour le dire, il est le seul à qui en parler. Le secret éditorial vaut bien le secret médical.

L’amour des lapsus calami est-il réservé à quelques happy few des maisons d’édition ? Je veux montrer ici que c’est un bonheur accessible à tous. 

L’Eloge des fautes d’orthographe  en donne le mode d’emploi.




jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

(Claude Lussac) 

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                             
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Je t’apprendrai à vouloir partir !

Depuis un an, j’habite Londres avec le sieur Verlaine. Nous faisions des correspondances pour les journaux et donnions des leçons de français. Sa société était devenue impossible, et j’avais manifesté le désir de retourner à Paris. Il y a quatre jours, il m’a quitté pour venir à Br [ ... ]
Que peuplent des bouquins et des pots de la Chine

Dans cette vieille maison, deux femmes furent assassinées le 23 décembre 1850. L’une était Mlle Ribault, dessinatrice au Petit Courrier des Dames que dirigeait M. Thiéry. Avant de mourir, trempant son doigt dans son sang, elle eut la force d’écrire sur un paravent : « L’assassin, c’est le commis de M. Thi [ ... ]
La pluie venait de cesser

L’auto sortit de Paris par l’avenue de Neuilly et la route de la Défense ; à Argenteuil, qu’ils abordèrent par les quais, des batteries de cheminées d’usine se dressaient derrière le rideau de pluie au-dessus des prairies plates et rebroussées par le vent ; des vapeurs acides traînaient partout dans [ ... ]