Skip to content
Le franc Poincaré
25-05-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 

En mai 1928, Raymond Poincaré est à la fois ministre des Finances et président du Conseil.  La réforme de l'Etat progresse. Mais en matière monétaire, l'ancien président de la République est hésitant : faut-il ou pas dévaluer le franc ? Dans son entourage, deux clans s'affrontent : les stabilisateurs, partisans d'une dévaluation, et les revalorisateurs, qui veulent le retour au franc fort d'avant-guerre. Le 31 mai, au cours d'une réunion de crise, le gouverneur de la Banque de France, Emile Moreau, menace de démissionner si aucune décision n'est prise. Poincaré finira par trancher : le 25 juin 1928, le franc "Poincaré" sera défini à 65,85 milligrammes d'or au titre de 900 millièmes, soit une dévaluation de 80% par rapport au franc Germinal de Bonaparte.

C'est dans ce contexte que la lutte contre la fraude fiscale fait les titres des journaux.

 

 

jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La calme avant la tempête

En 1909, reprenant une formule de Lamartine en 1839, l'éditorialiste de L'Intransigeant, quotidien conservateur et antidreyfusard, s'inquiète de voir la France s'ennuyer. Motifs de cet ennui : l'individualisme et le défaut d'ambition des dirigeants politiques. En 1968, l'éditorialiste du Monde observe à son tour une accoutumance au [ ... ]
D'une guerre à l'autre

Avant la guerre de 1870, Wagner – qui a séjourné deux fois trois ans à Paris – n’est apprécié que par une minorité des mélomanes français. Ses partisans, dont Baudelaire, le défendent activement. Progressivement, l’opéra wagnérien trouve sa place sur la scè [ ... ]
Eugénie

Je l’ai côtoyée, lorsqu’elle était jeune fille ; je l’ai vue, lorsqu’elle était veuve et déchue ; j’ai causé avec elle ; je l’ai écoutée, dans les petits salons d’Arenenberg et dans la galerie de Camden Place ; je trouve Persigny indulgent, et je dirais volontiers [ ... ]