Skip to content
Le franc Poincaré
02-06-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 

En mai 1928, Raymond Poincaré est à la fois ministre des Finances et président du Conseil.  La réforme de l'Etat progresse. Mais en matière monétaire, l'ancien président de la République est hésitant : faut-il ou pas dévaluer le franc ? Dans son entourage, deux clans s'affrontent : les stabilisateurs, partisans d'une dévaluation, et les revalorisateurs, qui veulent le retour au franc fort d'avant-guerre. Le 31 mai, au cours d'une réunion de crise, le gouverneur de la Banque de France, Emile Moreau, menace de démissionner si aucune décision n'est prise. Poincaré finira par trancher : le 25 juin 1928, le franc "Poincaré" sera défini à 65,85 milligrammes d'or au titre de 900 millièmes, soit une dévaluation de 80% par rapport au franc Germinal de Bonaparte.

C'est dans ce contexte que la lutte contre la fraude fiscale fait les titres des journaux.

 

 

jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La loi de Baumol

En 1965, les chercheurs américains William Baumol et William Bowen se sont penchés sur les déficits chroniques des music-halls de Broadway. De leur étude, il ressort que les spectacles vivants présentent, sous l'angle économique, la particularité d'être des activités à faible innovation technologique et &a [ ... ]
Femmes libres

Après la mort de Saint-Simon en 1825, ses épigones poursuivent son œuvre. Les saint-simoniens sont partisans de la reconnaissance de l'égalité des femmes. Sous la Monarchie de Juillet, celles-ci sont nombreuses dans le mouvement. Adèle de Saint-Amand propose de fonder une société de défense des droits de la femme [ ... ]
Le carnaval des animaux

Chacals, hyènes puantes, vipères lubriques, requins, rats visqueux et autres loups : quelle inventivité pour décrire, à la grande époque, l'ennemi de classe. Ah que le mouton fait aujourd'hui pâle figure par rapport au chien bâtard ! Jean-Jacques Salomon jjsalomon@oomark [ ... ]