Skip to content
Le Feu et la Duse
24-10-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 
"Le Feu, publié en 1900, met en scène un héros nietzschéen, Stelio Effrena, qui vit au-delà de toute limite et de toute contrainte. Des motifs autobiographiques sont révélés : ceux de D'Annunzio dans sa relation avec la grande actrice de théâtre Eleonora Duse. Poète nouveau en qui la jeunesse voit déjà un incomparable maître, dramaturge non encore affirmé qui s'élève en antagoniste idéal de Wagner, Stelio sait pouvoir obtenir de la grande tragédienne Foscarina, qui l'aime d'un amour absolu, une contribution essentielle à l'affirmation de son art. Venise, ville luxurieuse et royale, forme la flamme enveloppante de l'intrigue, résumé idéal entre plaisir et douleur. Au milieu de ce sanctuaire esthétique, promesse d'énergie et de volupté, la Foscarina, confrontée à son trop jeune amant, souffre de son passé orageux et du déclin de sa jeunesse. Tourmentée par la jalousie et par la pitié qu'elle ressent pour elle-même et pour Stelio, elle s'apaisera dans le renoncement, alors que pour lui l'art, le rêve, le désir et la victoire sont la respiration même de la vie. Le Feu représente un texte fondamental dans l'histoire de la littérature italienne du début du XXe siècle. Il est réédité à l'occasion du centenaire de sa parution." 

 
Gabriele D'Annunzio, Le Feu, Editions des Syrtes, 2000
                              
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La calme avant la tempête

En 1909, reprenant une formule de Lamartine en 1839, l'éditorialiste de L'Intransigeant, quotidien conservateur et antidreyfusard, s'inquiète de voir la France s'ennuyer. Motifs de cet ennui : l'individualisme et le défaut d'ambition des dirigeants politiques. En 1968, l'éditorialiste du Monde observe à son tour une accoutumance au [ ... ]
D'une guerre à l'autre

Avant la guerre de 1870, Wagner – qui a séjourné deux fois trois ans à Paris – n’est apprécié que par une minorité des mélomanes français. Ses partisans, dont Baudelaire, le défendent activement. Progressivement, l’opéra wagnérien trouve sa place sur la scè [ ... ]
Eugénie

Je l’ai côtoyée, lorsqu’elle était jeune fille ; je l’ai vue, lorsqu’elle était veuve et déchue ; j’ai causé avec elle ; je l’ai écoutée, dans les petits salons d’Arenenberg et dans la galerie de Camden Place ; je trouve Persigny indulgent, et je dirais volontiers [ ... ]