Skip to content
La veuve
02-11-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 

 

En 1928, Marthe Richard (1889-1982) perd son second mari, un riche homme d'affaires et mécène anglais. Il laisse à la célèbre espionne de la Première Guerre mondiale une rente suffisante pour lui permettre de mener grand train. Dans Paris, elle reçoit le surnom de "Veuve joyeuse".

Au printemps 1945, Marthe Richard est élue au Conseil municipal de Paris. C'est la première fois que  les femmes peuvent se présenter et voter. Marthe Richard, que la misère a obligée à se prostituer dans sa jeunesse, dépose le 13 décembre 1945 devant le Conseil un projet pour la fermeture des maisons closes dans la capitale. Le projet prospère. Au cours des deux années qui suivent, l'ensemble des maisons closes françaises sont officiellement fermées. Marthe Richard reçoit le surnom de "Veuve qui clôt".

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Strasbourg sauvé

Le 1er janvier 1945, par suite de la contre-attaque allemande dans les Ardennes, les plans de l'état-major allié prévoient l'évacuation de Strasbourg, libéré fin novembre 1944. De Lattre, commandant la 1ère armée française, refuse : Je n'ignore pas, évidemment, que, dans l'absol [ ... ]
Gobelins : ancien régime ?

« La Cour [des Comptes] déplore aussi le manque de contrôle des avantages en nature dont bénéficient les agents. En plus d’un traitement annuel moyen de 46.000 euros brut pour les chefs de travaux d’art et de 35.000 euros pour les techniciens d’art (les deux principaux métiers représentés), [ ... ]
Apache

ÉTYMOL. ET HIST. I.− Subst. 1902 adaptation de l'ethnique par des journalistes parisiens ds Le Matin et Le Journal pour désigner « la pègre des boulevards extérieurs » d'apr. Dauzat ds Fr. mod., t. 6, p. 24 qui explique : Victor Morris, chef des informations du Matin s'attribua la paternité du mot, que j'ai entend [ ... ]