Skip to content
La veuve
02-11-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 

 

En 1928, Marthe Richard (1889-1982) perd son second mari, un riche homme d'affaires et mécène anglais. Il laisse à la célèbre espionne de la Première Guerre mondiale une rente suffisante pour lui permettre de mener grand train. Dans Paris, elle reçoit le surnom de "Veuve joyeuse".

Au printemps 1945, Marthe Richard est élue au Conseil municipal de Paris. C'est la première fois que  les femmes peuvent se présenter et voter. Marthe Richard, que la misère a obligée à se prostituer dans sa jeunesse, dépose le 13 décembre 1945 devant le Conseil un projet pour la fermeture des maisons closes dans la capitale. Le projet prospère. Au cours des deux années qui suivent, l'ensemble des maisons closes françaises sont officiellement fermées. Marthe Richard reçoit le surnom de "Veuve qui clôt".

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

1932

« Picasso 1932. Année érotique » est la première exposition dédiée à une année de création entière chez Picasso, allant du 1er janvier au 31 décembre d’une même année. Du 10 octobre 2017 au 11 févr. 2018, au musée Picasso, l’exposition a pr&eac [ ... ]
La fin des ambassades

Le prince Lichnowsky (1860-1928) représente l'Allemagne à Londres depuis deux ans lorsqu'il traverse Green Park le 3 août 1914 sur son chemin de retour à l'ambassade après une convocation au Foreign Office. Berlin vient de déclarer la guerre à la France. Le gouvernement britannique a averti le diplomate que Londres [ ... ]
Dorgelès

Dès 1914, Roland Dorgelès (1886-1973), alors jeune journaliste, s’engage dans l’infanterie. Cette expérience marque son entrée en littérature. Considéré comme son chef-d’œuvre, Les croix de bois lui valent en 1919 le prix Femina. Dans un style sans fioritures, le roman retrace le quotidien de G [ ... ]