Skip to content
La phobie scolaire
11-12-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 
"Le phénomène phobie scolaire se développe de manière inquiétante. Aujourd'hui, 1% des jeunes souffrent des formes les plus invalidantes de refus anxieux : ils ne peuvent pas du tout se rendre en cours. Par ailleurs, les statistiques indiquent que 28% des jeunes sont affectés, à un moment au moins de leur scolarité et à un niveau plus ou moins grave. Il s'agit d'un phénomène absolument massif. Les enseignants et les parents en témoignent.

 
Selon un article récent du New York Times (Oct. 11, 2017), la recrudescence du phénomène serait liée à une augmentation importante de l'anxiété chez les jeunes. Anxiété due à l'incertitude par rapport à l'avenir, à l'individualisme et aussi, et c'est particulièrement intéressant, à l'isolement important induit par l'utilisation des smartphones, des tablettes et à la pression de l'image venant des réseaux sociaux."

 
Luc Mathis, Président de l'association "Phobie Scolaire", Huffpost, 18 mars 2018
 


Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Strasbourg sauvé

Le 1er janvier 1945, par suite de la contre-attaque allemande dans les Ardennes, les plans de l'état-major allié prévoient l'évacuation de Strasbourg, libéré fin novembre 1944. De Lattre, commandant la 1ère armée française, refuse : Je n'ignore pas, évidemment, que, dans l'absol [ ... ]
Gobelins : ancien régime ?

« La Cour [des Comptes] déplore aussi le manque de contrôle des avantages en nature dont bénéficient les agents. En plus d’un traitement annuel moyen de 46.000 euros brut pour les chefs de travaux d’art et de 35.000 euros pour les techniciens d’art (les deux principaux métiers représentés), [ ... ]
Apache

ÉTYMOL. ET HIST. I.− Subst. 1902 adaptation de l'ethnique par des journalistes parisiens ds Le Matin et Le Journal pour désigner « la pègre des boulevards extérieurs » d'apr. Dauzat ds Fr. mod., t. 6, p. 24 qui explique : Victor Morris, chef des informations du Matin s'attribua la paternité du mot, que j'ai entend [ ... ]