Skip to content
La loi de Baumol
25-11-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

En 1965, les chercheurs américains William Baumol et William Bowen se sont penchés sur les déficits chroniques des music-halls de Broadway. De leur étude, il ressort que les spectacles vivants présentent, sous l'angle économique, la particularité d'être des activités à faible innovation technologique et à gains de productivité limités. Pour perdurer, ils doivent cependant sans cesse se renouveler et améliorer leur qualité, engendrant des coûts croissants. Cette inflation des coûts ne peut être que partiellement compensés par la hausse des tarifs. En l'absence d'économies d'échelle et de gains de productivité substantiels, les spectacles vivants sont structurellement déficitaires et condamnés à être subventionnés, par les financements publics et le mécénat.

On a donné le nom de loi de Baumol à cette "maladie des coûts".

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Le carnaval des animaux

Chacals, hyènes puantes, vipères lubriques, requins, rats visqueux et autres loups : quelle inventivité pour décrire, à la grande époque, l'ennemi de classe. Ah que le mouton fait aujourd'hui pâle figure par rapport au chien bâtard ! Jean-Jacques Salomon jjsalomon@oomark [ ... ]
Le Deuxième Sexe

Nymphomane, tueuse de l’amour, pornographe bourgeoise : de François Mauriac à Jeannette Vermeersch – l’épouse de Maurice Thorez –, de la droite traditionaliste au Parti communiste, on trouve dans tous les camps des voix pour condamner en termes outranciers Le Deuxième sexe, de Simone de Beauvoir, lors de sa parution e [ ... ]
L’enfer de Matignon

En 1920, la présidence du Conseil n’est pas encore installée en l’hôtel de Matignon. Ce n’est pas encore non plus l’enfer qu’on évoque aujourd’hui. Pourquoi alors la presse présente-elle le chef du gouvernement comme un bourreau de travail ? Peut-être parce qu’il s’agit d’un a [ ... ]