Skip to content
La fin des ambassades
16-06-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Le prince  Lichnowsky (1860-1928) représente l'Allemagne à Londres depuis deux ans lorsqu'il traverse Green Park le 3 août 1914 sur son  chemin de retour à l'ambassade après une convocation au Foreign Office. Berlin vient de déclarer la guerre à la France. Le gouvernement britannique a averti le diplomate que Londres fera de même à l'égard de l'Allemagne si la Belgique est envahie. Ce sera chose faite le lendemain. L'ambassadeur n'en doute pas. Voilà des mois qu'il met en garde son gouvernement. En vain. A son allure, on devine sa déception et son inquiétude à son allure. Les Britanniques lui rendront les honneurs lorsqu'il quittera Londres après la déclaration de guerre.

Le baron von Hoesch (1881-1936) représente l'Allemagne à Londres depuis quatre ans lorsqu'il traverse Green Park le 14 mars 1936 sur son  chemin de retour à l'ambassade après une convocation au Foreign Office. Berlin remilitarise la Rhénanie depuis le 7 mars. Le gouvernement britannique exprime sa réprobation. Voilà des mois que l'ambassadeur, qui n'est pas membre du parti nazi, met en garde son gouvernement sur les conséquences à moyen terme d'une telle initiative. En vain. A son allure, on devine sa déception et son inquiétude. Un mois plus tard, il meurt d'une crise cardiaque. Les Britanniques lui rendront les honneurs lors du retour de ses cendres en Allemagne. Son successeur, Joachim von Ribbentrop (1893-1946), futur ministre des Affaires étrangères du Reich, sera pendu à l'issue du procès de Nuremberg.

 

 

jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La calme avant la tempête

En 1909, reprenant une formule de Lamartine en 1839, l'éditorialiste de L'Intransigeant, quotidien conservateur et antidreyfusard, s'inquiète de voir la France s'ennuyer. Motifs de cet ennui : l'individualisme et le défaut d'ambition des dirigeants politiques. En 1968, l'éditorialiste du Monde observe à son tour une accoutumance au [ ... ]
D'une guerre à l'autre

Avant la guerre de 1870, Wagner – qui a séjourné deux fois trois ans à Paris – n’est apprécié que par une minorité des mélomanes français. Ses partisans, dont Baudelaire, le défendent activement. Progressivement, l’opéra wagnérien trouve sa place sur la scè [ ... ]
Eugénie

Je l’ai côtoyée, lorsqu’elle était jeune fille ; je l’ai vue, lorsqu’elle était veuve et déchue ; j’ai causé avec elle ; je l’ai écoutée, dans les petits salons d’Arenenberg et dans la galerie de Camden Place ; je trouve Persigny indulgent, et je dirais volontiers [ ... ]