Skip to content
La fin des ambassades
16-06-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Le prince  Lichnowsky (1860-1928) représente l'Allemagne à Londres depuis deux ans lorsqu'il traverse Green Park le 3 août 1914 sur son  chemin de retour à l'ambassade après une convocation au Foreign Office. Berlin vient de déclarer la guerre à la France. Le gouvernement britannique a averti le diplomate que Londres fera de même à l'égard de l'Allemagne si la Belgique est envahie. Ce sera chose faite le lendemain. L'ambassadeur n'en doute pas. Voilà des mois qu'il met en garde son gouvernement. En vain. A son allure, on devine sa déception et son inquiétude à son allure. Les Britanniques lui rendront les honneurs lorsqu'il quittera Londres après la déclaration de guerre.

Le baron von Hoesch (1881-1936) représente l'Allemagne à Londres depuis quatre ans lorsqu'il traverse Green Park le 14 mars 1936 sur son  chemin de retour à l'ambassade après une convocation au Foreign Office. Berlin remilitarise la Rhénanie depuis le 7 mars. Le gouvernement britannique exprime sa réprobation. Voilà des mois que l'ambassadeur, qui n'est pas membre du parti nazi, met en garde son gouvernement sur les conséquences à moyen terme d'une telle initiative. En vain. A son allure, on devine sa déception et son inquiétude. Un mois plus tard, il meurt d'une crise cardiaque. Les Britanniques lui rendront les honneurs lors du retour de ses cendres en Allemagne. Son successeur, Joachim von Ribbentrop (1893-1946), futur ministre des Affaires étrangères du Reich, sera pendu à l'issue du procès de Nuremberg.

 

 

jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Lord Elgin a perdu le mérite

J’ai souvent eu l’occasion de parler de lord Elgin dans cet Itinéraire : on lui doit, comme je l’ai dit, la connaissance plus parfaite du Pnyx et du tombeau d’Agamemnon ; il entretient encore en Grèce un Italien chargé de diriger des fouilles, et qui découvrit, comme j’étais à Ath&egra [ ... ]
Ces arcades sont d’ordre corinthien

La porte d’Arroux ou de Sens est un admirable ouvrage des Romains ; c’est un arc de triomphe, avec deux grandes arcades, et, à côté, deux plus petites. Au-dessus, on voit six arcades plus étroites, formant une sorte de galerie ; il y en avait dix autrefois : quatre ont disparu. Les colonnes engagées entre ces a [ ... ]
Dans un étang triste

La grand-route part de Quimper, monte une côte, coupe des vallées, passe une sorte de lac herbeux et morne, et pénètre enfin dans Pont-l'Abbé, la petite cité la plus bretonne de toute cette Bretagne bretonnante qui va du Morbihan à la pointe du Raz. A l'entrée, un vieux château, flanqué de [ ... ]