Skip to content
La convention du 13 février 1843
20-01-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 
La France et la Grande-Bretagne ont signé le 13 février 1843 une convention pour l'extradition des malfaiteurs. Mais en vertu d'une interprétation extensive de l'habeas corpus, le gouvernement et les juges britanniques s'opposent par la suite systématiquement à la mise en oeuvre des dispositions de l'accord. Bref, qu'ils soient poursuivis par les tribunaux français pour des motifs politiques ou de droit commun, les justiciables français exilés à Londres ne courent pas en pratique le risque d'être extradés. Sous la Deuxième République puis sous le Second Empire, la capitale britannique est la destination privilégiée des exilés politiques français.
 
En 1866, le gouvernement français exprime son mécontentement à l'égard de la non-application récurrente outre-Manche de la convention de 1843 et manifeste l'intention de s'en retirer. La presse hexagonale ironise sur la tendance britannique à ne pas respecter, au nom de la défense des libertés publiques, les traités internationaux qui l'engagent. En retour, les journaux anglais défendent avec véhémence le droit pour les tribunaux du Royaume-Uni de conserver leur liberté d'appréciation au moment de les appliquer. Il faudra attendre la signature le 14 août 1876 d'un Traité entre la Grande-Bretagne et la France sur la restitution mutuelle des criminels en fuite pour que la situation commence à se régulariser.
 

       
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Le Tigre

Député ou sénateur de façon presque continue depuis 1871, Clemenceau (1841-1929) n'entre au gouvernement qu'en 1906, comme président du Conseil et ministre de l'Intérieur. A cette occasion, le dessinateur Sem le représente en tigre. Il en consevera le surnom. Confronté à une forte agitation sociale, le &qu [ ... ]
De quoi les classes moyennes sont-elles le nom ?

L'apparition moderne de l'appellation « classe moyenne » en France remonte à la monarchie de Juillet, dans les années 1830-1840 - comme dans d'autres pays européens. À cette époque, il ne désigne aucunement ce que nous entendons aujourd'hui par classes moyennes mais, curieusement, la bourgeoisie. Par la sui [ ... ]
"La France fait des révolutions, mais ne fait pas de réformes"

Au sujet de la France, Jacques Attali affirme : Nous sommes un pays rural qui n’évolue pas de façon continue. La France fait des révolutions, mais ne fait pas de réformes . À la veille d'une nouvelle journée de mobilisation des gilets jaunes samedi, l'essayiste a donné son sent [ ... ]