Skip to content
L'arroseur arrosé
24-02-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Pour se faire un nom dans la société littéraire de la Monarchie de Juillet, il suffisait presque de s'attaquer à une célébrité. Ecrire dans la presse que Victor Hugo ignore la syntaxe ou que George Sand est une médiocre imitatrice de Balzac assurait une notoriété rapide.

Encore fallait-il argumenter, avec de solides attendus. A défaut, explique Baudelaire, l'éreintage – terme alors en vigueur pour désigner le procédé – pouvait se retourner contre son auteur. 

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

La politique des vacances

Les vacances des présidents de la République sont politiques – forcément politiques. En 1936, pendant le premier été du Front populaire, Albert Lebrun profite des siennes pour s’adresser pour appeler à l’union nationale. Jamais la France n'a eu plus besoin du concours de tous ses fils , déclare-t- [ ... ]
L'indulgence du général

Je me souviens du scandale des ‘Ballets roses’ dans lequel fut compromis le Président de la Chambre, André Le Troquer écrit Georges Perec. Grand résistant – il a défendu Léon Blum au procès de Riom –, Le Troquer (1884-1963) est au côté du général de Gaulle le 26 a [ ... ]
Plus et mieux

Parti le 24 novembre 1944 de Paris, le général de Gaulle arrive à Moscou le 2 décembre, après des haltes à en Egypte, en Iran, à Bakou et à Stalingrad. Sa délégation se compose, entre autres, de Georges Bidault, ministre des Affaires étrangères, de Gaston Palewski, directeur de cabinet de De Gaulle, du [ ... ]